• Jacques-Nicolas Marais....

     

                                                            

    Jacques-Nicolas Marais de la paroisse de la Jumellière ; 

    sa maison et ses marchandises incendiées par les Républicains. 

    Il reçoit la décoration du Lys en 1814.

     

     

                            

     Jacques-Nicolas Marais.... Jacques-Nicolas Marais est né et a été baptisé le 10 septembre 1764 à la Jumellière. Il est le fils de Jean Marais, maître serger au bourg et de Françoise Blanvilain, le parrain a été Jacques Grenet, sabotier à Neuvy, oncle de l'enfant et la marraine, Françoise Martin femme de Pierre Blanvilain, sabotier à la Jumellière, grand-mère de l'enfant.

      Il se marie le 17 juillet 1788 à la Jumellière avec Mathurine Papin, née le 31 mars 1760 dans cette paroisse, fille de Jean Papin, métayer et de Marie Cesbron.

      De cette union sont issus :

     

    1° Mathurine Marais, née le 7 novembre 1789 à la Jumellière.

    2° Françoise Marais, née le  16 pluviôse an 6 (4 février 1798) à la Jumellière.

    3° Jacques Marais, né le 25 Prairial an 7 (13 juin 1799) à la Jumellière.

     

      En 1793 il exerce la profession de serger. Il prend les armes comme soldat dans l'armée Catholique et Royale et participe aux combats du Bois-Grolleau, Beaupréau, Argenton-Château, Thouars. Il passe la Loire et participe à toutes les batailles jusqu'à Savenay. Il se cache au Nord de la Loire pendant quatre mois et repasse la Loire. Il participe au combat de Chalonnes où une balle lui traverse la cuisse droite. Par la suite il sera nommé Commissaire aux Vivres. Pendant son absence, sa maison et son magasin contenant les marchandises sont incendiés par les Républicains.

      Il dépose une demande pension le 26 mai 1825. A cette époque il exerce la profession de serger, il est qualifié de propriétaire et est adjoint au Maire de la Jumellière. Il a déjà reçu un Brevet d'Honneur du Roi, la décoration du Lys de son Altesse Royale Monseigneur le Duc d'Angoulême ; le 15 octobre 1814.

    Jacques-Nicolas Marais....

     

      « A Monsieur le Préfet du Département du Maine et Loire

    Monsieur, A l'honneur de vous exposer le nommé Jacques Marais que jusqu'à présent lorsque sa Majesté a daigné répandre ses bienfaits sur ses fidèles serviteurs on leur a demandé ou un certificat d'indigence ou au moins de grandes charges de famille à prouver, qu'il avait cru devoir s'abstenir d'exposer ses titres qui dès le premier travail lui firent décerner un brevet d'honneur.

    Il se croit fondé aujourd'hui à réclamer une pension.

     

    1° Vu une blessure très grave reçue à Chalonnes et la campagne qu'il a fait dans toute son étendue Outre-Loire.

    2° Vu les pertes qu'il a fait par les fournitures faites à l'armée qui consistent en neuf cent soixante six francs en bons du Général Stofflet qu'il soumettra à Mrs les Membres de la Commission s'il est nécessaire, les ayant conservés.

    3° Quinze mil francs valeur en marchandises et maisons qui lui furent incendiées qu'il a perdu durant la révolution.

    4° Sur ce qu'ayant exercé les fonctions municipales presque depuis la pacification, il n'a jamais dévié des principes du Pays : s'est dévoué tout entier et dans des temps difficiles au maintien de l'ordre tout en conservant ces mêmes principes ce qui lui a valu d'exercer ces mêmes fonctions sous le gouvernement légitime qu'ayant été destitué à ''l'épocte'' des cent jours il reprit ses fonctions sitôt que la Vendée eut relevé la banière Royale comme il avait fait en 99, joignit ses efforts à la cause commune et dirigea tout ceux que fit la commune de la Jumellière pour seconder son maire alors employé à l'armée, ont sait que ces efforts furent considérables en hommes et en munitions de bouches.

      D'après une conduite si soutenue et il ose le dire si honorable, le réclamant espère que Mrs les Membres de la Commission le voudront bien considérer comme susceptible d'obtenir une pension.  »

    Signé : Jacques Marais

        

    Jacques Marais est décédé à la Jumellière le 29 juin 1834 et son épouse Mathurine Papin le 29 novembre 1843.

      

    Sources: Archives Départementales de Maine et Loire tous droits réservés – Dossiers Vendéens :  Jacques Marais -1M9/252 - Registres d'Etat civil de la commune de la Jumellière –  Décoration du Lys, pièce n°11 du dossier Vendéen – Photo : Décoration du Lys tirée du ''Grand livre des ordres de chevalerie et des décorations de Monsieur André Damien, de l'Institut''.                                                              

      

    Xavier  Paquereau pour Chemins Secrets. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :