• Jacques Gâté....

     

     

    Jacques Gâté de la Brosse, paroisse de Neuvy-en-Mauges.

     

                        

      

      Jacques Gâté....  Jacques Gâté- Gasté est né et a été baptisé le 18 septembre 1774 à Neuvy. Il est le fils de Jean Gâté, laboureur, et de Jeanne Robineau ; le parrain a été Jacques Robineau, métayer, oncle, de la Poitevinière et la marraine Jacquine Froger, cousine.

      Il épouse à Neuvy, le 18 janvier 1808, Louise-Gabrielle Perrault, fille de René Perrault, bordier, et de Marie Dupé ; Louise-Gabrielle Perrault décède à Neuvy le 19 septembre 1839. De cette union est né le 2 janvier 1809 à Neuvy, Jean, Marie, Jacques Gâté.

     

      En 1793, à l'âge de 19 ans, il prend les armes dans l'Armée Catholique et Royale et sert en qualité de soldat ; blessé d'un coup de sabre à la main gauche à Fontenay et d'une balle à la jambe droite à Cholet.

    Jacques Gâté....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      Jacques Gâté dépose donc une demande de pension le 14 mai 1824 à Neuvy.

     

      « A son Excellence, Monseigneur le Ministre Secrétaire d'Etat au Département de la Guerre,

     

      Monseigneur,

     

      Le nommé Jacques Gâté, né commune de Neuvi le dix huit septembre mil sept cent soixante quatorze et y demeurant, canton de Chemillé, arrondissement de Beaupréau département de Maine et Loire, de profession de journalier vient respectueusement, Monseigneur, mettre sous les ÿeux de votre Excellence, qu'il a figuré dans la majeure partie des guerres Royales Vendéennes, en qualité de simple soldat division de Chemillé, compagnie de Neuvi  ; comme il est justifié par l'état de services ci-joint ; qu'il s'ÿ est comporté avec honneur et bravoure dans les différentes actions qui y eut lieu, et ce pour coopérer à la restauration de l'auguste famille des Bourbons.

      Qu'il a été grièvement blessé dans l'action contre l'ennemi à la bataille de Fontenaÿe et à celle de Chollet, blessures qui le mettent hors d'état de travailler utillement ainsi qu'il en résulte du certificat ÿ annexé signé le dix mai dernier des sieurs Ardré et Daviers Officiers de santé reçus à la résidence de Jallais et légalisé le même jour par l'adjoint de la dite commune.

      Pourquoi ; Monseigneur, le sus dit réclamant supplie très humblement votre Excellence de venir au secours d'un fidèle Vendéen, en le faisant jouir des bienfaits accordés par l'ordonnance de sa Majesté Royale du trois décembre dernier mil huit cent vingt trois, à tout ceux qui ont servi avec dévouement à la cause sacrée du Trône et de l'autel, en particulier aux blessés et indigents ; vous remplierez infiniment les intentions de notre auguste Souverain, et délivrerez de la misère un sujet qui se glorifie  d'avoir versé son sang dans les rangs des vrais Français guidés par l'amour de leur Roi et de son auguste famille.

      Daignez Monseigneur, agréer les hommages respectueux.

      Votre très humble et très obéissant serviteur et fidèle Vendéen ; lequel déclare ne savoir signer ».

     

      Jacques Gâté est décédé le 15 décembre 1854 au bourg de Neuvy-en-Mauges où il exerçait avec son fils, la profession de charcutier.

     

    Sources: Archives Départementales de Maine et Loire tous droits réservés – Dossiers Vendéens 1M9/176 – Etats de services vue    n°2 - Registres d'Etat civil de la commune de Neuvy-en-Mauges.

     

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :