• Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers....

     

    Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers… (1)

     

     

    A plusieurs reprises, sur ce blog, j’ai donné les cartes concernant les dévastations des colonnes infernales dans les pays cerizéen et mauléonnais. Pour les Aubiers, j’avais publié un martyrologe avec les noms des villages concernés par les tueries. Un travail reste néanmoins à faire à propos des habitations ruinées par le passage de la colonne de Grignon du 14 mars 1794. En revanche, pour Nueil, outre de probables effets similaires pour une cause semblable, c’est tout d’abord l’habitat le long de l’ancienne route de Bressuire à Châtillon qui interroge immédiatement en consultant le cadastre napoléonien. Connaissant plutôt bien le parcours des colonnes infernales dans ce secteur, je suspecte tout autant les œuvres de Westermann que celles de Grignon et ce, dès son premier passage le 4 juillet 1793 et plus particulièrement lors du second passage en octobre de la même année.

    Je vous ai mis ici une carte générale des lieux à partir de celle de Cassini (Géoportail) qui montre l’importance des ruines constatées sur le cadastre napoléonien de 1813. Au vu du nombre très important de villages ruinés, il est plus que probable qu’il faille ajouter les incendies de la colonne de Grignon au 14 mars 1794 en sus des davastations de Westermann. Bien entendu cette étude n’a qu’un but indicatif car tout état de ruine ne signifie pas forcément un incendie dû à la Guerre, pas plus qu’un état habitable sur le cadastre ne signifie que rien ne s’est passé ; en effet, bon nombre d’habitations furent l’objet d’une campagne de reconstruction antérieure à 1808 (en voir les détails aux Archives Nationales en F13/1822 ainsi qu’aux AD79 en série M). C’est notamment le cas pour Les Aubiers, mais nous verrons cela dans un autre travail.

    Liste des hameaux et villages comportant un nombre important de bâtiments ruinés :

    Le Plessis, Le Bailly, La Rochetrie, La Thibauderie (+ moulin), Rigalle, Le Haut-Chaillou (+ moulin à vent), La Faubertière, La Favrière, Le Bas Regueil, Chaudrie, Les Brardières, Le Grand Perray, Le Petit Perray, Le Marchais, La Basse Madeleine, La Madeleine, La Vergnaie Bureau, La Poulinière, La Vergnaie Sorin, La Sorinière (moulin), La Grande Varenne (moulin), Bel Air (intégralement disparu de nos jours), La Chagnelais, Montourneau, La Paleine, La Papelièvre, La Marière, La Marquisière (moulin), La Sarenière, Le Lineau, La Blanchardière, La Grassière, La Morinière, L’Antaisière (ces trois derniers proches de Rorthais qui fut incendié par Westermann en octobre 1793).

    Ruines de la Papelièvre de nos jours :

    Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers....

    Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers....

     

    Les flammes indiquent les bâtiments en ruine, les crânes, les lieux connus de tueries dans ce même secteur. On voit nettement une partie du tracé de l’ancienne route de Bressuire à Châtillon (Mauléon), ici entre Beaulieu-sous-Bressuire et Rorthais. Merci à Mélissa pour son aide.

    A suivre…

     

    RL

    Mars 2020

     

    Note :

     

    (1)  Nueil-les-Aubiers est né de la fusion en 2001 des Aubiers et de Nueil-sur-Argent qui portait avant le 1964 le nom de Nueil-sous-les-Aubiers.

     

    Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers....

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :