• François Chardonneau....

                                    

    La Baïonnette Royale 

       

      

     

      François Chardonneau....Le 30 septembre 1816, un tisserand de Clisson en Loire Inférieure est proposé pour une pension de 250 francs suite à son dévouement en combattant pour le trône légitime. 

      Chardroneau François, en réalité : Chardonneau François, Lieutenant, domicilié à Clisson. n°43 extrait de la liste (48 combattants) : 

      Etat des mémoires de propositions pour Vendéens blessés, adressés le 30.9.1816 à Monsieur le lieutenant général commandant la 12e Division Militaire. 

      « Tous les militaires portés au présent état me paraissent dignes des grâces sollicitées pour eux de sa Majesté, par le zèle et le dévouement qu'ils ont constamment montrés pour son service ; les blessures qu'ont reçu la plupart d'eux en combattant pour le trône légitime, leur donnent de nouveaux droits à la faveur qu'est réclamée pour eux ». 

      Le Lieutenant Général Commandant le 12e D. Militaire 

      La Rochelle le 8 octobre 1816 

      signé : Rivaud de la Raffinière.

    François Chardonneau....

     

      Il s'agit bien de Chardonneau François, tisserand à Clisson – Capitaine, répertorié sous le n°135 – 2éme Corps, Division de Clisson. Il touche une pension de 200 francs accordée le 17 août 1818. (SHD XU 36-5 page 9 - Archives de Vincennes). 

     

      Les demandes de pensions des anciens soldats Vendéens n'ayant pas été conservées par les archives de la Loire Atlantique, nous ne saurons rien sur les campagnes et les blessures de l'intéressé. Mais en parcourant les archives de Clisson... 

     

      François Chardonneau est né le 28 janvier 1770 dans le quartier Saint-Gilles de Clisson, il est le fils de Laurent Chardonneau, tisserand et de Marie Ogereau. Il s'est marié très jeune (18 ans) le 11 août 1788 à Saint-Jacques de Clisson avec Magdeleine Grellier. 

      Il prend les armes contre la république en 1793 à l'âge de 23 ans. Après la naissance de Madeleine Chardonneau en 1793, nous ne découvrons aucune naissance à Clisson jusqu'au 11 prairial an 10 (31 mai 1802), ce qui laisse supposer que François Chardonneau est occupé à guerroyer pour le Roi. 

      1° Naissance de Madeleine Chardonneau en 1793 (archives manquantes à Clisson) 

    Elle est célibataire, exerce la profession de tailleuse et décède à Clisson dans le quartier Saint-Antoine le 15 avril 1840. (Acte décès n°17 page 4, année 1840) 

      2° Naissance de Jeanne Chardonneau, le 11 prairial en 10 à Saint Gilles (31 mai 1802) à Clisson 

      3° Naissance de Marie Chardonneau, le 13 frimaire an 14 (4.12.1805) à Clisson. 

      4° Naissance de Rosalie Chardonneau, le 21.9.1807 à Clisson. Rosalie Chardonneau est religieuse à Saint Jean d'Angely et décède en ce lieu à l'âge de quarante et un ans, le 28 septembre 1849. (Acte décès n°47 Clisson, page 9, année 1849). 

     

      François Chardonneau décède le 13 mai 1845 à Clisson, dans le quartier Saint-Antoine, il est âgé de 75 ans. (Acte n°44, page 9, année 1845 Clisson) 

     

    Sources: Archives Départementales de la Vendée SHD XU 33-26 - 30 septembre 1816 - tous droits réservés, Archives départementales de Loire-Atlantique, tous droits réservés – commune de Clisson. Photo de l'auteur. 

                                                           

    Xavier Paquereau pour Chemins secrets

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :