• François Boudaud....

     

    François Boudaud, de la paroisse de la Bernardière,

    tué par une Colonne Infernale le vendredi 7 mars 1794.

     

     

     


        François Boudaud....Le 6 mars 1794, la Colonne de Cordelier quitte les landes de Corpray près de Montaigu et remonte vers le Nord en direction de Clisson, Mouzillon, Vallet  et ravage le pays du Loroux...

    Le registre clandestin de N.Simon, Recteur de la Bernardière nous livre les noms des martyrs... et parmi ces noms : « François Boudaud, de la Petite Haye, laboureur, âgé de 28 ans, mari de Marie Tibaud est tué le 7 mars 1794 ». (source : La Bernardière – 1793-1794 – la Maraîchine Normande du 20.12.2015).

     

    En juillet 1819, la reconstitution d'actes (ND 1793-1805 – la Bernardière) nous donne un autre ''son de cloche'' : François Boudaud, âgé de 28 ans, demeurant à la Petite Haie (vue n°6/15) « a été tué par l'armée Républicaine au mois de mars 1794 sur la route de Montaigu à Clisson ainsi que l'ont, sur la demande de Jeanne Thibaud, son épouse demeurant au dit lieu de la Petite Haie ; déclaré et affirmé par Jean Plessis, propriétaire âgé de soixante et un ans demeurant à L'Oulerie ; Pierre Moreau, cultivateur âgé de cinquante ans, demeurant à L'Ogerie; Jean Baron, cultivateur, âgé de quarante six ans, demeurant à L'Emérière, François Méchineau, cultivateur, âgé de quarante neuf ans, demeurant à la Grande-Haie, tous de la commune de la Bernardière ; et ont déclaré ne savoir signer de ce requis fors Plessis et Baron qui ont signé avec nous et notre greffier.

     

    signé Jean Baron – Jean Plessis – Musset Juge de Paix – Garot greffier. »

     

     

    La demande de pension de Jeanne Thibaud, sa veuve, du 20 mai 1820, nous informe que François Boudaud a été tué à la Fuzelière à la Bernardière.

    Deux erreurs se sont glissées lors de l'enregistrement de cette demande : François Boudaud a été enregistré sous le nom de  François Beaurideau et il a été tué à la Fuzellerie et non pas à la Fuzelière.

     

    François Boudaud....

    François Boudaud est né le 31 mai 1767 à la Bernardière (vue n°230/322 la Bernardière). Il est le fils de d'Etienne Boudaud et de Marguerite Moreau. Il épouse le 6 mai 1792, à La Bernardière, Jeanne Thibaud-Tibaud, née le 16 janvier 1773 à la Bernardière, fille de François Thibaud et de Jeanne Baron (vue n°264/324). En 1793 il est laboureur à la Grande-Haye.

     

    Demande de pension : «  N°779- Thibaud Jeanne, née à la Bernardière le 16 janvier 1773 – veuve de Beaurideau François – Soldat des Armées Vendéennes – tué à la Fuzelière en février 1794 – cultivatrice – indigente – domiciliée à la Bernardière – deux enfants – proposée pour une pension de 35 francs  » (vue n°2/10 SHD XU 39.9).

     

    François Boudaud....

    François Boudaud....

     

    Jeanne Thibaud est décédée à l'âge de 69 ans à la Bernardière, le 23 janvier 1842, au village de la Haie, veuve en premier mariage de François Boudeau et en second de François Méchineau de Gétigné (vue 337/465 année 1842 – registre clandestin 1792-1804, vue n°18/29).

     

    Sources : Archives Départementales de la Vendée tous droits réservés. Les Noms de Vendée - Dossiers de pensions, SHD XU 39-9 du 27 mars 1820 – vue n°2/10 - Registres d'état civil de la commune de la Bernardière – La Bernardière – 1793-1794 – la Maraîchine Normande du 20.12.2015). - Cadastre, tableau assemblage 1814, la Fuzellerie à la Bernardière – Photo de l'auteur. 

     

                                                        

     Xavier Paquereau pour Chemins-Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :