• Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

     

     René Giroust curé de Fontaine-Guérin

     

     Prêtre réfractaire noyé en Loire dans la nuit du 9 au 10 octobre 1793.

     

     

     

     

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....René Giroust est né le 2 novembre 1721 à Beaufort-en-Vallée et a été baptisé le lendemain à Notre Dame. Il est le fils de Maistre Jacques Giroust avocat et procureur au Siège Royal de cette ville et de Damoiselle Marie Coutureau. Le parrain est Mathurin Garan aussi avocat et procureur au Siège et la marraine est Damoiselle Marie Giroust.

     

     

     

     

     

    Acte de baptême et signature de René Giroust :

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     René Giroust est un arrière petit neveu de Jacques Giroust (1660-1741) Jésuite, prédicateur ordinaire du Roi Louis XIV, confesseur de la Reine et auteur de nombreux ouvrages dont les sermons publiés en 1704 par le père Bretonneau. Un frère, Pierre Giroust des Morelleries, avocat à Beaufort épouse le le 15 juillet 1748 Marie -Anne Le Motheux née le 15 novembre 1720 à Beaufort, fille d'un notaire de Fontaine-Guérin. René est présent et signe : René Giroust vicaire de Fontaine-Guérin.

     

     Il est vicaire de la paroisse de Fontaine-Guérin du 3 janvier 1746 au 12 avril 1754, desservant puis curé de Fontaine-Guérin le 4 juin 1754. Il refuse le serment et reste en fonction jusqu'au 1er juillet 1791. Célestin Port dit qu'il alla alors se réfugier à la Poulloterie en emportant les ornements et pierres d'autels de l'église et fut arrêté en ce lieu en 1793.

     

    Par ailleurs, Uzureau (A-H.192.93) dit qu'il figure sur la liste de l'arrêté du 1er février 1792, qu'il fut incarcéré au Petit Séminaire le 17 juin 1792, transféré à la Rossignolerie le 30 novembre 1792 et délivré par les Vendéens le 18 juin 1793. Quoiqu'il en soit, il fut réincarcéré en septembre 1793 à la Rossignolerie et de là il partit pour Nantes le 29 novembre 1793. Il fut noyé en Loire à la pointe d'Indret, sur les ordres de Carrier, dans la nuit du 9 au 10 décembre 1793 avec 57 autres prêtres.

     

     Quelques mots sur la ''Poulloterie'', aujourd'hui ''la Poulotrie'', lieu de refuge de René Giroust et sur le propriétaire, M. Poullot :

     

    La Poulloterie, autrefois appelée le Grand Bois Guyon ou les Froux, prit son nom de Jean-Baptiste Poullot directeur de la manufacture de Beaufort qui y avait aménagé une maison de maître avec longue avenue rejoignant la route de Fontaine-Guérin à Cuon, Il était le fils de Pierre Poullot admoniateur ( Officier chargé d'affermer les terres d'un domaine) de la ferme de Blinfey appartenant à l'abbaye de Clairvaux et de Anne Diney de Bouzancourt, fille d'un procureur fiscal en la baronnie de Cirey-en-Chatel. Il se maria avec Catherine Chesnon et sept enfants nés à Beaufort entre 1763 et 1776 naîtront de cette union.

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Ce Jean-Baptiste Poullot est directeur de la Manufacture Royale de Beaufort-en-Vallée, né à Beurville (Aube) en 1727. Il est d'abord caissier de la manufacture de toiles à voiles pour la Marine du Roi, dont il deviendra directeur en 1767. En 1764, il avait créé une pépinière de peupliers d'Italie, culture alors nouvelle et introduite en Anjou par Foullon. Il en fournissait par la batellerie toutes les paroisses riveraines de la Loire, de Saumur à Nantes. A sa propriété de la Poulloterie, il avait également implanté une culture de mûriers, Il mourut à Beaufort le 8 messidor an VII. Son portrait et celui de son épouse, d'un excellent peintre sont conservés dans sa descendance.

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     Voici donc les lieux fréquentés par Monsieur le curé Giroust avant la Révolution et l'attitude du clergé lors de cette période :

     

     L'église : La fondation de l'église Saint-Martin-de-Vertou date du XIème siècle. L'édifice est coiffé d'une flèche torse vrillée vers la gauche, contrariant les autres clochers torses du Baugeois vrillés à droite. Il se dit à Fontaine-Guérin, que la forme du clocher est due aux marques laissées par le passage de vents violents, voire même diaboliques. Il se raconte aussi que lors du mariage de sœurs jumelles avec des jumeaux, une malencontreuse inversion dans les couples se serait produite, l'église outrée, s'en serait retournée... La composition de la charpente indique un travail de compagnonnage plus qu'une légende.

     

    La façade a été restaurée en 1691 ; elle présente une porte romane, surmontée d'un mur en appareil réticulé. A l''intérieur de l'église des peintures murales ont disparue en 1848. La voûte lambrissée du XVIe siècle ornée de figures humaines, d'animaux fantastiques et d'arbres portant des armoiries a été ''massacrée''. Un restaurateur, en 1872, remplaça la peinture à la colle par de la peinture à l'huile, anéantissant ainsi l'oeuvre du XVIe.

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Fontaine-Guérin et l'abbé Giroust....

     

    Le château des Fontaines tel qu'on le découvre actuellement date des XVe, XVIIe et XVIIIe siècles. La forteresse primitive détruite pendant la guerre de cent ans était la demeure de sire Hardouin de Fontaine. Ses deux fils, Jean et Guérin ont participé en 1421 à la bataille du Vieil-Baugé, qui s'est soldée par une cuisante défaite des troupes anglaises face à la coalition franco-écossaise. Une statue de Guérin des Fontaines se dresse sur la place du village depuis 1894, mais les faits d'armes lui étant attribués sont le fait de son frère Jean. Dans le bourg on remarque quelques hôtels particuliers du XVIIe siècle.

     

     La Révolution : Fontaine-Guérin fit partie en 1790 du district de Baugé et fut chef-lieu de canton. En l'an III, fut rattaché au canton de Beaufort.

     

     Le clergé : René Giroust refusa le serment et emporta la pierre d'autel et les ornements à l'arrivée du constitutionnel. René-Mathurin Viau, né à Beaufort en 1758, d'abord vicaire à Genneteil, puis à Fontaine-Guérin (1784) refusa le serment, se cacha pendant la Révolution, M . Meilloc l'envoya à Cheffe en 1800. Curé de Fontaine-Guérin en 1802, il se retira comme prêtre habitué à Beaufort, où il mourut en 1814. Jacques Gauné, né en 1752 à Beaufort, vicaire et chapelain à Blou en 1778 prêta le serment, fut élu curé constitutionnel de Fontaine-Guérin. Abdicataire le 24 mars 1794, marié le 25 août à Marie-Reine de la Porte (née à Angers en 1762) il obtint en juillet 1802 la validation de son mariage. Il demeurait à Paris.

     

     La paroisse de Fontaine-Guérin a la particularité de posséder un Saint Guérisseur, il s'agit de Saint Julien. Ce saint a la réputation de guérir la folie.

     

    « Pour être guéri de cette affection, le malade, accompagné de neuf personnes de son sexe, doit être conduit à pied à l'église, où le cortège doit être rendu avant la messe de six heures du matin. Les personnes qui accompagnent le malade doivent conserver, pendant le trajet et la cérémonie, un mutisme entier.

     

    A l'arrivée, les gens du cortège font à l'église une neuvaine au saint. Pour cette neuvaine, chacune des personnes assistant le malade est munie d'une petite bougie allumée, et se livre à des prières jusqu'à l'extinction de la lumière. Le prêtre bénit ensuite une chemise du malade, que l'on donnera à porter à celui-ci

     

    C'est là, semble-t-il, un reste des pratiques qui avaient lieu à Fontaine-Guérin et se passaient avant la Révolution dans la chapelle Saint-Julien, aujourd'hui transformée en maison particulière. Une espèce de salle basse précédait l'édifice, où l'on attachait à un pilier, en vue de l'autel, pendant la cérémonie, les fous qu'on amenait là de loin. »

     

     

     

    Sources : Célestin Port – Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine et Loire – Archives départementales du Maine et Loire, cadastre, tous droits réservés. - Archives diocésaines – Le Folklore du Baugeois de C. Fraysse imprimerie Baugeoise R.Dangin 14 bis, rue de l'Official, Baugé – 1906. Photos de l'auteur.

     

     

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets.

     

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :