• Eustache Lehy....

     

    Eustache Lehy, rescapé d’Outre-Loire… 

                

     

     

    Eustache Lehy....Eustache Lehy, est né le 17 avril 1779 à Coron. Il est le fils de Pierre Lehy, maçon à Coron, qui sera tué à la bataille du Mans, et de Catherine Payneau. Il épouse Marie Desplaces et exerce la profession de tisserand à Coron.

     

    Au moment de la Révolution, la famille Lehy se compose comme suit :

     

    Pierre Lehy, maçon, s’est marié à Coron le 10 novembre 1766 avec Catherine Payneau née le 17 juillet 1750 à Coron. Il sera tué à la bataille du Mans, le 12 ou le 13 décembre 1793. De cette union sont issus entre autres enfants :

     

    1° Catherine-Françoise-Elisabeth-Louis-Victoire Lehy, née le 7 août 1770 à Coron.

    Pierre-Alexis Lehy, né le 22 avril 1773 à Coron † au combat.

    3° Marie-Renée Lehy, née  le 13 février 1776 à Coron.

    Eustache Lehy, né le 17 mars 1779 à Coron.

    5° Agathe Lehy, née le 17 mars 1779 à Coron.

     

    Eustache Lehy est un jeune combattant, puisqu’en avril 1793 il a 14 ans et participe aux combats de Coron, Vihiers, Doué, Thouars , Montreuil, etc, traverse la Loire et effectue toute la Virée de Galerne : Laval, Fougères, Dol, Granville, Pontorson, Angers, Baugé, La Flèche, Le Mans, Ancenis, Savenay etc... Il est blessé d’une balle au pied gauche à Angers, et a fait plusieurs prisonniers à Laval. « Il a perdu son père dans cette guerre, mort à ses côtés en combattant à l’affaire du Mans. » « Perdu un frère par cette guerre. »

     

    Le 21 mai 1825, il dépose une demande de pension.

     

    « A son Excellence Monseigneur le Secrétaire d’état au Ministère de la Guerre. 

     

    Monseigneur à l’honneur de vous exposer Lehy Eustache, tisserand à Coron, canton de Vihiers, arrondissement de Saumur, département de Maine et Loire, qu’il s’est constamment montré avec zèle et dévouement dans la cause sacrée du trône et de l’ Autel pendant toute la duré de la guerre tant dans le pays que dans la campagne d’outre Loire ; qu’il a reçu une blessure par une balle à l’affaire d’Angers, qu’il a d’une manière distinguée malgré sa jeune âge, signalé son courage dans tous les combats. 

    Ce considéré, Monseigneur, il supplie très humblement, votre Excellence, de le faire jouir des bienfaits accordés par sa Majesté aux vrais Vendéens et surtout aux blessés et indigents, ce qu’octroyant ayant égard à sa blessure et à son état d’indigence ferez justice.  

    Le suppliant prend la liberté d’assurer de ses sentiments respectueux, votre Excellence et de se dire, Monseigneur votre très obéissant serviteur et de notre Auguste Monarque, le fidèle sujet. 

    signé : Hy Eustache. » 

     

    Sources : 

     

    . Archives Départementales du Maine-et-Loire - tous droits réservés  – Dossiers Vendéens – Eustache Lehy - class 1M9/237. 

    . Registres paroissiaux et d’état civil de la commune de Coron. 

    . Photo : de l’auteur. 

     

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :