• Etienne Terrien....

     

    Etienne Terrien, ancien soldat vendéen, est attaqué dans la 

    forêt de Beaulieu-sur-Layon en 1819.

     

     

                                     

    Etienne Terrien....En juin 1825, Etienne Terrien né au Pin-en-Mauges dépose une demande de pension comme ancien soldat royaliste de la paroisse de Villedieu-la-Blouère. Il nous expose qu'il a été attaqué en 1819 dans la forêt de Beaulieu, sur la grande route d'Angers, alors qu'il transportait la caisse publique de Beaupréau. A cette occasion, il reçoit de graves blessures : cinq coups de baïonnettes.

     

    Etienne Terrien est né le 28 septembre 1757 au Pin-en-Mauges, il est le fils de François Terrien, métayer à la Petite Clopinière et de Françoise Pineau. Il épouse le huit novembre 1785 à Villedieu, Marie Moreau, fille de Jacques Moreau et de Marie Racineux, (vue n°57/59 Villedieu-la-Blouère 1785). De cette union est issu un fils, tué au combat de Rocheservière en 1815.

    Le 9 juin 1825, il dépose une demande de pension à Beaupréau en ces termes :

     

    « A Messieurs les Membres composant la Commission établie à Beaupréeau pour l'examen des réclamations Vendéennes.

    Messieurs,

     

    Etienne Terrien, âgé de soixante huit ans, voiturier à Beaupréau, expose que dans le commencement des guerres de la Vendée, habitant la commune de Villedieu, il se joignit aux compagnies Royales de la dite commune et se battit à toutes les affaires qui eurent lieu dans le pays.

    Qu'en 1815, ne pouvant plus porter les armes, il se fit remplacer par son fils qui fut victime de sa bravoure à l'affaire de Roche Servière.

    L'exposant conduisant la recette particulière de Beaupréau, il y a six ans, ayant été attaqué par des voleurs à la forêt de Beaulieu, défendit tellement la caisse, qu'il ne céda qu'après avoir été percé de cinq coups de bayonnettes et atteint d'un coup de crosse de fusil.

    Enfin que dans les dites guerres tout le mobilier qu'il possédait devint la proie des incendies Révolutionnaires.

    Persuadé Messieurs que vous aurez compassion de l'état auquel l'ont réduit les pertes qu'il a éprouvées et les blessures qu'il a reçues dans un cas où tout autre que lui aurait pris la fuite, il espère que vous voudrez bien l'appuyer de tous vos pouvoirs.

    Il est Messieurs, votre très humble et très obéissant serviteur.»

      Ne signe.

     

    Extrait du certificat du chirurgien :

     

    « Etienne Terrien, âgé de 68 ans, voiturier et conducteur de fonds publics, autrefois soldat Vendéen, demeurant au dit Beaupréau, est porteur de trois cicatrices dans la région dorsale d'une faible circonférence, mais profondes ; la bayonnette qui les a causées a pénétré jusqu'aux vertèbres, ces blessures gênent la rectitude naturelle de la marche.

    Deux autres cicatrices, l'une au coude et l'autre au menton, causées par la même arme sont parfois douloureuses.

    Ces blessures ont été gagnées près la forêt de Beaulieu sur la grande route et conduisant les fonds publics à Angers. Depuis ce moment, Terrien se livre avec peine à son état et se procure difficilement la chose nécessaire à son existence. 

     

    Fait à Beaupréau le 9 juin 1825.

    signé Brouillet. »

    Etienne Terrien....

     

     

    Sources:     

    -Archives Départementales de Maine-et-Loire tous droits réservés- Dossiers Vendéens – 1 M9/336. Registres état civil de Villedieu-la-Blouère. 

    -Photos: de l'auteur. 

                                                  

     

     Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :