•  

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (12° partie)…

     

     

    AN F7 3682/1-12.

     

    « 24 août 5 h 1/2 du matin

    Copie d’une lettre des administrateurs du district de Cholet aux administrateurs de Maine et Loire

    Cholet le 24 août 1792 5 heures et demie du matin.

    Messieurs

    M. Boizard nous mandait hier au soir que son projet serait de marcher à Maulévrier pour de suite se porter à St Clémentin et attaquer les révoltés par une direction tandis que les gardes nationales de Bressuire les chargeraient par une autre, nous avons pris le parti d’envoyer un exprès à l’officier commandant les 30 maitres du 11e régiment et lui mander de se rendre de suite à Maulévrier pour se joindre à M. Boizard. Nous vous instruisons de la suite des événements, l’on vous mande que le mal gagne et s’étend dans les campagnes, nous vous demandon 300 livres de poudre de guerres, scavoir 100 livres pour le canon et 200 pour le fusil, des balles de calibre de guerre et d’autres de calibre de fusil de chasse, il faudrait 100 livres des premières et 60 livres des secondes, ces munitions, nous sont très nécessaires et nous vous prions de nous les faire passer de suite autrement nous serions embarassés car on ne se bat point sans munitions.

    Les administrateurs du district de Cholet. Signés Maugars, Chereau maire Reveillère la Touche Minguet et Têtreau l’ainé

    Pour copie conforme

    Barbot

    Secrétaire »

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire....

     


    votre commentaire
  •  

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (11° partie)…

     

    AN F7 3682/1-12

     

    « Copie d’une lettre de Mr Coustard procureur sindic du district de Saumur à MM les commissaires du département

    Doué 24 aoüt 1792

     

    MM.

    Je vous fais passer de suite copie d’une lettre très allarmante que MM les officiers municipaux de Doué viennent de recevoir de MM les administrateurs du district de Thouars. Je vous prie de pezer dans votre sagesse la conduite que j’ai à tenir, dois je porter du côté de Thouars le détachement qui reste en ma disposition ? Où dois je garder mon cantonnement ?

    J’envoie copie de cette lettre au district de Saumur et le prie de tenir prêt un fort détachement approvisioné qui puisse marcher à la première réquisition. Je lui annonce au surplus que je tiendrai mon poste jusqu'à détermination ultérieure soit de votre part soit de la leur.

    Je vous prie de communiquer ma lettre et la copie qu’elle contient à l’officier commandant les détachements à Saumur ; et si vous avez quelques choses à m’ordonner vous voudrez bien ne point perdre de temps.

    La moitié de Doué n’est point armée, le peu de citoyens qui ont des fusils sont partis sur la réquisition du chef de notre légion du midi pour se rendre dans la paroisse de St Pierre à Champs. Ce chef de légion a reçu une réquisition de la moitié d’Argenton.

    Le procureur sindic du district signé Coustard.

    Pour copie conforme

    Barbot

    Secrétaire général »

     

    ***

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (11° partie)....

     

     

    « 24 aout 1792

    Copie de la lettre écrité à la municipalité de Doué par MM les administrateurs du district de Thouars

    24 aout 1792 l’an 4è de la liberté

    Frères et amis

    Le district de Chatillon étant en état d’insurrection et les révoltés au nombre de dix mille hommes, qui bloquent actuellement la ville de Bressuire, contre laquelle ils ont dirigés leurs manœuvres, après avoir incendiés les archives du district de Chatillon et égorgés les administrateurs nous ménacent de nous faire subir le même sort. Nous avons envoyé près de quatre cent hommes au secours de Bressuire avec deux pièces de canon. Un courrier vient de nous annoncer que nos pièces de canons étoient prises, nos hommes taillés en pièces, et nos armes à la disposition des révoltés. Vous sentés que cette perte d’hommes et d’armes met notre district à découvert, et dans le plus foible état de défense. Hatés de nous prêter du secours, et de nous envoyer le plus d’hommes armés que vous pourrés, afin que nous puissions secourir nos frères qui sont à Bressuire s’il en est encore temps, ou nous prémunir contre l’attaque de l’ennemi dans le cas ou il dirigeroit ses vües perfides contre nous. Nous vous rendrions le même service en pareille circonstance.

    Vos frères et amis les administrateurs du district de Thouars. Signé Audebert, Frevault et Guérin procureur sindic.

    Pour copie

    Barbot

     

    Secrétaire général »


    votre commentaire
  •  

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (10° partie)…

     

    AN F7 3682/1-12.

     

    1792, vue depuis le Maine-et-Loire (10° partie)....

     

     

    « 25 août 1792

    5 h ½ du matin

    Copie d’une lettre des MM les commissaires du département, dans le district de Cholet, à MM les administrateurs du département de Maine et Loire.

    _______

     

    Cholet 25 août 1792 5 heures du matin.

    Citoyens et confrères

    Nous vous envoyons copie des lettres que nous recevons du procureur syndic du district de Saumur, actuellement à Doué ; vous y verrés l’état déplorable où se trouvent les frontières de notre département des trois districts qui avoisinent le ci-devant Poitou. Nous vous prions de nous envoyer des forces en grand nombre et surtout messieurs, des confrères, nous n’en pouvons plus de fatigue, nous n’avons pas dormi 6 heures depuis notre départ, à peine pouvons nous suffire à répondre et à conférer avec les administrations et municipalités. M. Richard va rester à Cholet, M Ollivier se porte à Doué et y restera, nous vous répétons que le département doit être en grande partie sur ses frontières, c’est là où la patrie est (en) danger. Des forces, des confrères et nos commissaires répondent du succès, par tout nous voyons le patriotisme se réveiller mais les municipalités n’ont point d’armes. Faites forger des picques on nous en demande de toutes parts ; envoyés des ordres à toutes les municipalités pour en faire forger, envoyés du canon à Doué et des hommes, nous en ferons passer à Vihiers. M. Boisard et sa troupe de Cholet, notre détachement du 11è régiment et vos gardes nationales d’Angers sont sur Bressuire. Nous allons fortiffier Cholet, Vihiers et Doué. Qu’il ne soit, nous vous en prions, (n’) apporté aucun délai à notre demande ; vous auriez a pleurer sur le pillage et la mort d’une grande partie de notre département. Nous faisons revenir de Chalonnes et Chemillé les cent gardes nationales que vous aviez fait camper. M Ollivier rendu à Doué enverra s’il est nécessaire demander des secours au district de Baugé pour repousser dix huit mil hommes avec des chefs. Il faut de grandes forces.

    Les commissaires du département de Maine et Loire. Signé Ollivier et Richard.

    P.J. Nous joignons à notre lettre, la pétition de la municipalité de Cholet, nous vous prions d’y avoir égard sur le champ, nous n’avons point de Cholet ( chevaux ?). Nous vous prions de faire rendre 5 chevaux de relais à St Lambert pour les couriers qui doivent nécessairement se succéder.

     

    Pour copie

    Barbot

     

    Secrétaire général


    1 commentaire
  •  

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (9° partie)…

     

     

         AN F 7 3682/1-12.

     

     

     « Extrait du procès-verbal des séances du conseil général du département de Maine et Loire

    Séance du 25 aout 1792 l’an 4ème de la liberté, 4 heures du soir

     

    Un courier extraordinaire dépêché par Mrs Ollivier et Richard commissaires du département dans les districts de Cholet et Vihiers à remis sur le bureau une lettre dattée de Cholet de ce jour 5 heures du matin dont M. le président à donné lecture. Les commissaires demandent qu’il leur soit adjoint d’autres membres du conseil pour être en état de se concerter rapidement avec les différents conseils de districts et de communes sur les dispositions à faire pour s’opposer aux progrès du rassemblement de révoltés qui dévastent le département des Deux Sèvres. Ils demandent en même temps une augmentation de forces, des pièces de canon et des munitions. M. le président à lû ensuite plusieurs lettres dont copies étoient jointes à celle-cy dessus, du directoire du district de Thouars et des procureurs syndics des districts de Saumur et Vihiers qui constatent que le nombre de révoltés augmente.

    Le conseil général du département délibérant sur ces dépêches à nommé MM Desmazieres, Pierre Marie Delaunay, et Reveillière pour conjointement avec MM Ollivier et Richard nommées commissaires par l’arrêté du 22 de ce mois, se concerter tant avec le conseil général du district de Cholet qu’avec ceux des districts de St Florent, vihiers et Saumur sur les mesures à prendre pour s’opposer au rassemblement des révoltés dans le département des Deux Sèvres : donnant à ces commissaires tout pouvoir et commission pour diriger sur tout ou besoin sera. Les corps de troupes de ligne, gendarmerie et garde nationale déjà rassemblés et requérir ultérieurement dans les districts du département toutes autres parties de forces publiques que les circonstances pourront nécessiter, le tout à l’effet tant de prêter aide et secours au département des Deux Sèvres pour dissiper les révoltés que de préserver celui de Maine et Loire de toutes incursions et de tous soulèvement qu’on tenteroit d’y exicter.

    Louis-Marie de la Réveillère Lépeaux. Tableau de François Gérard, 1798.

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (9° partie)....

     

    M. Pierre Marie Delaunay présent à accepté la commission portée dans l’arrêté cy dessus sous la condition qu’il lui sera libre de revenir au tribunal criminel lorsque les affaires nécessiteront sa présence.

    Le conseil général du département délibérant ensuite sur l’augmentation des forces demandées par les commissaires, à arrêté après que le procureur général syndic à été entendu.

    1°. Le commandant de la garde nationale d’Anegrs sera requis de donner les ordres pour que trois cent soixante gardes nationales, les officiers en dehors se tiennent prêts à se rendre de suite à Vihiers avec deux pièces de canon.

    2°. Le commandant de la Gendarmerie Nationale sera requis de donner les ordres à un lieutenant, un maréchal des logis et a dix gendarmes de se tenir prêts à accompagner les gardes nationales d’Angers.

    3°. Le commandant du deuxième bataillon sera requis de donner ordre au chirurgien major de se rendre au détachement de ce bataillon qui à été envoyé a Cholet en vertu de l’arrêté du 22 de ce mois pour être attaché tant à ce détachement qu’à tous autres de gendarmerie nationale, troupe de ligne et gardes nationales des districts en réquisition. Le citoyen Mirault chirurgien devant être attaché aux corps de gardes nationales du district d’Angers ; sauf aux commissaires à faire toutes autres dispositions, dans le cas ou les gardes nationales des autres districts auroient des chirurgiens.

    4°. La municipalité d’Angers sera requise de prêter quinze mille cartouches à balle, cent gargousses, un baril de poudre et mille pierre à fusil.

    5°. Il sera acheté de suite chez les marchands de munitions la quantité de quatre cents livres pesant de balles de calibre et de cent livres pesant de postes.

    6°. Il sera de suite donné les ordres nécessaires à l’étapier pour les besoins du détachement et aux volontaires de la ville ; et fournir de suite cinq chevaux qui seront stationnés à St Lambert pour le relais des couriers expédiés pour les commissaires au conseil, trois chariots et les chevaux nécessaires pour le trait et le relais des chariots et des pièces de canon.

    Le conseil général à également arrêté que le citoyen Bardou capitaines de compagnie franche chargé de la levée de cette compagnie dans le département sera requis de se rendre à Vihiers avec tous les hommes d’élite qu’il pourra prendre parmi ceux déjà enrôlés, et pour l’armement des quels il se concertera à lamiable avec la municipalié de Baugé ou ils sont en dépôt.

    Fait en conseil général du département à Angers le vingt cinq août mil sept cent quatre-vingt douze l’an quatrième de la liberté 4 heures du soir.

    B L Dieusie

    Pour expédition

    Barbot secrétaire général »

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (9° partie)....

     

     


    votre commentaire
  •  

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (8° partie)…

     

     

    Correspondance avec le ministre de l’intérieur. AN F 7 3682/1-12.

     

    « Angers le 16 août 1792 l’an 4 de la liberté et le 1er de l’égalité

    Mention : on a répondu

     

    Monsieur

     

    Depuis ma dernière lettre qui vous a informé des événemens qui menacent notre département, un nouveau courier nous a acertainé qu’ils devenoient encore plus inquiétants ; je vous envoye copie de la lettre de nos commissaires et notre arrêté, l’un et l’autre vous ferons connaître la nécessité du parti que nous avons pris d’envoyer sur le champ un nouveau détachement de 400 hommes dans les districts de Chollet et Vihiers.

    Nous avons demandé au ministre de la guerre mille livres de poudre du magazin de Saumur, vous voyez monsieur combien il est intéressant qu’elles nous parviennent, nous vous prions de vouloir bien l’engager a donner des ordres les plus prompts pour que cet envoy ne souffre aucun retard.

    Le procureur-général syndic du département de Maine et Loire

    Bouller »

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire....

     

    ***

     

    « Angers 28 aoust 1792

     

    Annotation : marquer que le ministre fait a fait part des événemens à l’assemblée nationale et qu’il espère que par les soins du corps administratif et la bonne contenance des gardes nationales on détruira jusqu’au germe de cette conspiration

    Monsieur

    J’ai l’honneur de vous envoyer les nouvelles instructions que nous avons reçues de nos détachemens envoyés pour la deffense de notre territoire dans les districts de Chollet, Vihiers et les départemens voisins : le mal est encore grand, et malgré nos forces nous craignons que le rétablissement du calme et de la paix ne puisse encore s’effectuer aussi promptement que nous le désirons.

    Le procureur général sindic du département de Maine et Loire

    Bouller »

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire....

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique