•  

    Eustache Lehy, rescapé d’Outre-Loire… 

                

     

     

    Eustache Lehy....Eustache Lehy, est né le 17 avril 1779 à Coron. Il est le fils de Pierre Lehy, maçon à Coron, qui sera tué à la bataille du Mans, et de Catherine Payneau. Il épouse Marie Desplaces et exerce la profession de tisserand à Coron.

     

    Au moment de la Révolution, la famille Lehy se compose comme suit :

     

    Pierre Lehy, maçon, s’est marié à Coron le 10 novembre 1766 avec Catherine Payneau née le 17 juillet 1750 à Coron. Il sera tué à la bataille du Mans, le 12 ou le 13 décembre 1793. De cette union sont issus entre autres enfants :

     

    1° Catherine-Françoise-Elisabeth-Louis-Victoire Lehy, née le 7 août 1770 à Coron.

    Pierre-Alexis Lehy, né le 22 avril 1773 à Coron † au combat.

    3° Marie-Renée Lehy, née  le 13 février 1776 à Coron.

    Eustache Lehy, né le 17 mars 1779 à Coron.

    5° Agathe Lehy, née le 17 mars 1779 à Coron.

     

    Eustache Lehy est un jeune combattant, puisqu’en avril 1793 il a 14 ans et participe aux combats de Coron, Vihiers, Doué, Thouars , Montreuil, etc, traverse la Loire et effectue toute la Virée de Galerne : Laval, Fougères, Dol, Granville, Pontorson, Angers, Baugé, La Flèche, Le Mans, Ancenis, Savenay etc... Il est blessé d’une balle au pied gauche à Angers, et a fait plusieurs prisonniers à Laval. « Il a perdu son père dans cette guerre, mort à ses côtés en combattant à l’affaire du Mans. » « Perdu un frère par cette guerre. »

     

    Le 21 mai 1825, il dépose une demande de pension.

     

    « A son Excellence Monseigneur le Secrétaire d’état au Ministère de la Guerre. 

     

    Monseigneur à l’honneur de vous exposer Lehy Eustache, tisserand à Coron, canton de Vihiers, arrondissement de Saumur, département de Maine et Loire, qu’il s’est constamment montré avec zèle et dévouement dans la cause sacrée du trône et de l’ Autel pendant toute la duré de la guerre tant dans le pays que dans la campagne d’outre Loire ; qu’il a reçu une blessure par une balle à l’affaire d’Angers, qu’il a d’une manière distinguée malgré sa jeune âge, signalé son courage dans tous les combats. 

    Ce considéré, Monseigneur, il supplie très humblement, votre Excellence, de le faire jouir des bienfaits accordés par sa Majesté aux vrais Vendéens et surtout aux blessés et indigents, ce qu’octroyant ayant égard à sa blessure et à son état d’indigence ferez justice.  

    Le suppliant prend la liberté d’assurer de ses sentiments respectueux, votre Excellence et de se dire, Monseigneur votre très obéissant serviteur et de notre Auguste Monarque, le fidèle sujet. 

    signé : Hy Eustache. » 

     

    Sources : 

     

    . Archives Départementales du Maine-et-Loire - tous droits réservés  – Dossiers Vendéens – Eustache Lehy - class 1M9/237. 

    . Registres paroissiaux et d’état civil de la commune de Coron. 

    . Photo : de l’auteur. 

     

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 


    votre commentaire
  •  

    Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers… (1)

     

     

    A plusieurs reprises, sur ce blog, j’ai donné les cartes concernant les dévastations des colonnes infernales dans les pays cerizéen et mauléonnais. Pour les Aubiers, j’avais publié un martyrologe avec les noms des villages concernés par les tueries. Un travail reste néanmoins à faire à propos des habitations ruinées par le passage de la colonne de Grignon du 14 mars 1794. En revanche, pour Nueil, outre de probables effets similaires pour une cause semblable, c’est tout d’abord l’habitat le long de l’ancienne route de Bressuire à Châtillon qui interroge immédiatement en consultant le cadastre napoléonien. Connaissant plutôt bien le parcours des colonnes infernales dans ce secteur, je suspecte tout autant les œuvres de Westermann que celles de Grignon et ce, dès son premier passage le 4 juillet 1793 et plus particulièrement lors du second passage en octobre de la même année.

    Je vous ai mis ici une carte générale des lieux à partir de celle de Cassini (Géoportail) qui montre l’importance des ruines constatées sur le cadastre napoléonien de 1813. Au vu du nombre très important de villages ruinés, il est plus que probable qu’il faille ajouter les incendies de la colonne de Grignon au 14 mars 1794 en sus des davastations de Westermann. Bien entendu cette étude n’a qu’un but indicatif car tout état de ruine ne signifie pas forcément un incendie dû à la Guerre, pas plus qu’un état habitable sur le cadastre ne signifie que rien ne s’est passé ; en effet, bon nombre d’habitations furent l’objet d’une campagne de reconstruction antérieure à 1808 (en voir les détails aux Archives Nationales en F13/1822 ainsi qu’aux AD79 en série M). C’est notamment le cas pour Les Aubiers, mais nous verrons cela dans un autre travail.

    Liste des hameaux et villages comportant un nombre important de bâtiments ruinés :

    Le Plessis, Le Bailly, La Rochetrie, La Thibauderie (+ moulin), Rigalle, Le Haut-Chaillou (+ moulin à vent), La Faubertière, La Favrière, Le Bas Regueil, Chaudrie, Les Brardières, Le Grand Perray, Le Petit Perray, Le Marchais, La Basse Madeleine, La Madeleine, La Vergnaie Bureau, La Poulinière, La Vergnaie Sorin, La Sorinière (moulin), La Grande Varenne (moulin), Bel Air (intégralement disparu de nos jours), La Chagnelais, Montourneau, La Paleine, La Papelièvre, La Marière, La Marquisière (moulin), La Sarenière, Le Lineau, La Blanchardière, La Grassière, La Morinière, L’Antaisière (ces trois derniers proches de Rorthais qui fut incendié par Westermann en octobre 1793).

    Ruines de la Papelièvre de nos jours :

    Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers....

    Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers....

     

    Les flammes indiquent les bâtiments en ruine, les crânes, les lieux connus de tueries dans ce même secteur. On voit nettement une partie du tracé de l’ancienne route de Bressuire à Châtillon (Mauléon), ici entre Beaulieu-sous-Bressuire et Rorthais. Merci à Mélissa pour son aide.

    A suivre…

     

    RL

    Mars 2020

     

    Note :

     

    (1)  Nueil-les-Aubiers est né de la fusion en 2001 des Aubiers et de Nueil-sur-Argent qui portait avant le 1964 le nom de Nueil-sous-les-Aubiers.

     

    Incendies à Nueil-sous-les-Aubiers....

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Chemins secrets et le coronavirus…

     

    Les lois du marché étaient incontournables, la mondialisation était l’avenir. Il fallait faire tout fabriquer dans le pays le plus crado du Monde parce que c’était rentable. On admirait le sens du sacrifice de l’ouvrier chinois, qui pourtant sous la coupe d’un régime communiste, travaillait 60 heures par semaine, sans toilettes dans son usine et pour un salaire lui permettant à peine de manger. C’était beau, c’était l’avenir. Ces idiots de Français auraient dû en prendre de la graine tellement c’était magnifique (on pourrait citer un communiqué de la banque Goldman & Sachs sur le sujet). Seuls ceux qui connaissent le monde du travail savent de quoi je parle, les autres, tous plus ou moins payés à branler les mouches ne voient cela que comme un coup de gueule « giletjauniste », mais c’est pourtant la réalité.

    « A Paris », on avait la solution : il suffisait de mettre des affiches dans les aérogares pour que le virus se barre chez lui, la queue basse, devant la formidable puissance de la république française. Et puis petit à petit « à Paris », la pandémie a gagné et les bobos oisifs sont venus, la trouille au ventre, s’installer dans leurs résidences secondaires des côtes normandes, bretonnes, vendéennes et charentaises. Et alors, nous les ploucs, qui puont, et chez qui « il n’y a pas de boulot à part bûcheron » (je cite), on a pu profiter à plus grande échelle des « grands progrès » que la capitale apportait à nous les péquenauds, qui ont des cloches qui sonnent, des grenouilles qui coassent et des coqs qui chantent. Le souci, c’est que chez nous, il n’y pratiquement pas de médecins et pas davantage d’hôpitaux, ce à quoi « à Paris » on n’a évidemment pas réfléchi vu que les populations de « preuvince » ne sont peuplées que d’infâmes illettrés sans le sou, à qui il faut tout apprendre parce que s’ils sont pauvres et que c’est « parce qu’ils n’ont pas suffisamment travaillé à l’école » et que pour trouver du boulot « il suffit de traverser la rue ».

    On voit la notion de rentabilité aujourd’hui.

    Pendant ce temps, le service public est aux abonnés absents, faute de moyens, mais pas faute d’impôts, taxes et prélèvements débiles en tout genre (sauf les radars sur les routes qui doivent bien se faire ch*** en ce moment).

    Ainsi va la république et ses énarques et le problème n’est pas que chez nous mais dans toute cette Europe qui a cru au chant des sirènes.

    De grâce, évitez tout contact avec des gens avec qui vous ne vivez pas au quotidien. Merci pour tout le monde.

    RL

    Mars 2020

     

    Chemins secrets et le coronavirus....

     

     


    3 commentaires
  •  

    Vacances… 

                

      

    Chers amis, chers lecteurs,

     

    Quand le confinement devient des vacances, il faut en profiter et tirer le meilleur parti de la situation, c’est pourquoi je prends cette liberté pour quelque temps.

    Il semblerait qu’une grande lessive soit en cours, comme une paralysie mortelle de la république, le coronavirus jouant le rôle d’accélérateur. Cette conjoncture permettra de débusquer d’immondes personnages à travers le monde. Il faudra donc attendre la fin de l’essorage pour voir la couleur du linge

    En vous souhaitant un Saint Carême et la fin du caractère luciférien de la secte républicaine, mutilant sauvagement les Français pris au piège d’une contestation stérile.

    Rendez-vous d’ici une dizaine de jours… au début de la fin du programme.

    A très bientôt.

    Vacances....

     

    . Photo : Tirée du G.A.R  - Groupe d’Action Royaliste. 

     

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 


    votre commentaire
  •  

    Le « Souterrain au Trésor » au château de Pugny…

     

    C’était le 30 novembre 2019 que nous avions fait un peu en cachette, les photos de couverture du tome II du « Souterrain au Trésor » : « Le Secret du Château de Puy-Gaillard » dans les caves du château de Pugny. Notre ami Eric, propriétaire des lieux avait donné son accord avec enthousiasme au projet. Il a mis dernièrement quelques photos de la séance de prises de vue sur le blog de son association ici.

    Outre le photographe et les figurants que tout le monde aura reconnu aisément, étaient présents quelques amis et des membres de l’ACP. Je vous livre ici quelques images cocasses prises par Bryan, qui s’implique par ailleurs dans la sauvegarde des ruines et les recherches sur le château de Pugny.

    Encore merci à toi Eric !

    RL

    Mars 2020

     

    Les coulisses du "Mystère du Château de Puy-Gaillard"....

    Les coulisses du "Mystère du Château de Puy-Gaillard"....

    Les coulisses du "Mystère du Château de Puy-Gaillard"....

    Les coulisses du "Mystère du Château de Puy-Gaillard"....

    Les coulisses du "Mystère du Château de Puy-Gaillard"....

    Les coulisses du "Mystère du Château de Puy-Gaillard"....

    Les coulisses du "Mystère du Château de Puy-Gaillard"....

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique