•                                                         

    ''Virée de Galerne'' la Pellerine, département de la Mayenne, 

    le 2 novembre 1793 

     

     

       

     

    La Pellerine....« Le 2 novembre 1793, les vendéens envahirent la ville d'Ernée dont ils s'emparèrent. 

    Le 3 novembre au matin, ils commencèrent à l'évacuer. 

    Ils se dirigèrent vers la Bretagne. Ils furent arrêtés sur la route d'Ernée à la Pellerine, près ce petit bourg, par les chasseurs du 19ème bataillon de Paris. Un détachement de gardes nationales séjournait depuis quelque temps à la Pellerine. Il venait de Mortain. 

    L'avant-garde alla pour porter secours aux chasseurs de Paris. C'était courir à une mort certaine. Toute résistance était impossible et les Bleus furent obligés de battre en retraite... On ignore combien d'hommes du bataillon des chasseurs de Paris furent mis hors de combat. Deux gardes nationaux de Mortain furent tués. L'un d'eux se nommait Aufray-Cotentinière* et était commissaire national près le tribunal du district de Mortain. Ses filles demandèrent que l'on fit une enquête sur les causes de sa mort. - C'est dans le procès-verbal de cette enquête faite le 28 nivôse an 2 par Jendry, assesseur du juge de paix d'Ernée que nous avons trouvé l'indication de cet engagement.»

     

      *André-Jean-Julien-Baptiste Aufray de la Cotentinière, maire de Mortain en 1792 – Avocat au Parlement, Conseiller du Roi, lieutenant des Eaux et Forêts du comté de Mortain ; marié le 23 avril 1765 à Mortain avec Anne-Vincente-Françoise de Lossandière, (vue n°285/319 mariages année 1765 Mortain),  décédée le 15 mai 1779 à Mortain. De cette union sont issus deux fils :

     

    1° Narcisse-Gilles- 1° André Aufray de la Cotentinière, né le 29 octobre 1765 à Mortain.. 

    2° Ferdinand-Eugène Anfray de la Cotentinière, né le 16 octobre 1778 à Mortain. 

    Et trois filles.

     

    Il est le fils de Gilles Anfray de la Cotentinière, ancien lieutenant de la Connétablie de France et de noble dame Elisabeth Tesson. 

      

    « Le général Vendéen Lescure, avait été grièvement blessé le 14 octobre 1793 à la bataille de la Tremblaye le 14 octobre 1793 entre Mortagne et Cholet. Depuis le passage de la Loire à Varades, on le portait à l'arrière garde de l'armée. La blessure était mortelle ; une balle lui avait fendu l'os du front jusqu'à la partie postérieure du crâne. 

    Dans les jours qui suivirent l'entrée des Vendéens à Laval, Lescure éprouva quelque soulagement, mais bientôt le mal empira et il ne se fit plus d'illusion sur sa fin prochaine. 

    Lors de son arrivée à Ernée, son état était désespéré. On dût néanmoins se décider à la transporter à Fougère. 

    Mme de Lescure, qui soignait son mari avec un grand dévouement, prit place avec un fidèle domestique, dans la voiture où l'on avait étendu le blessé sur un matelas. 

    Mais comme il était visible que l'infortuné général était près d'expirer, on voulut à tout pris arracher Mme de Lescure qui était en état de grossesse, au spectacle navrant qu'elle allait avoir sous les yeux. On parvînt à la décider à céder sa place dans l'intérêt même de son mari, à un chirurgien. Mme de Lescure plongée dans l'anéantissement se laissa placer sur un cheval. 

    C'est à trois kilomètres de la Pellerine que Lescure rendît le dernier soupir. 

    Mme de Lescure ayant entendu quelque bruit dans la voiture et des sanglots voulut s'y élancer. On la détourna de sa résolution, lui disant que l'état de Lescure n'avait pas empiré, et qu'il était nécessaire de ne pas ouvrir la portière à cause du froid qui pouvait saisir le blessé. C'est seulement en arrivant à Fougère qu'on lui apprit la fatale nouvelle. 

    Une croix de bois placée aux Bernardières sur le bord de la route d'Ernée à la Pellerine indique le lieux exact où mourut Lescure. 

    Son service funèbre fut célébré à Fougère. 

    Après l'échec sérieux que les Vendéens éprouvèrent sous les murs de Granville que ses habitants défendirent vaillamment (14,15,16 novembre), ils ne songèrent plus dès lors qu'à rentrer dans leur pays. 

    Ils repassèrent à la Pellerine le 24 novembre. 

    L'armée vendéenne était alors dans le plus triste état. On rapporte que les fossés des routes étaient remplis de cadavres de Vendéens, morts de fatigue et de la dysenterie. 

    Du fait de ces deux passages, la commune de la Pellerine éprouva de grandes pertes. »

     

    Ernée le 14 juillet – L'instituteur-adjoint d'Ernée chargé du travail

    signé J. Royer. 

     

    Il est très rare que les communes de ''Galerne'' enregistrent les décès des Vendéens. Les registres paroissiaux de  la Pellerine nous informent (décès 1793- vue n°30/96) du décès de cinq Vendéens à la ''Bicherie''. Cinq cadavres de l'armée Vendéenne sont découverts le 4 novembre 1793, au bord de la route près du bourg. (Cadastre de 1809, page 1/1- 3P2768/6 bourg (le). 

    La Pellerine....

     

    « Aujourd'hui quatrième jour du mois de novembre 1793 à huit heures du matin par devant nous Alexis Fauvel, membre du conseil général de la commune de la Pélerinne département des la Mayenne ; élu pour recevoir les actes destinez à constater les naissances, les mariages et décès. Sont comparus en la maison commune, Pierre Jugan journallier âgé virons quarante deux ans et domicilié dans la dite municipalité de la Pélerinne au village de la Bicherie et François Robichon native de la paroisse du May (Mée), âgé virons cinquante sept ans, lesquels Pierre Jugan et François Robichon déclaré que les dits corps sont morts, sans vie, une fille de dix huit ans viron et une autre de sept ans viron et deux hommes âgés viron vingt trois à cingt ans et un enfant âgé viron douze ans, lesquels ses cinq personnes sont morts de l'armée qui a passé par notre bourg en date ci-dessus marqué, d'après cette déclaration je me suis assuré du décès desdit personnes et ont été inhumé en ce cimetière de cette paroisse et jen ay dressé le présent acte que Pierre Jugan et François Robichon ont déclaré ne scavoir signé, fait en la maison commune de la Pélerinne le quatrième jour du mois de novembre mil sept cent quatre vingt treize ; »

     

    Signé Fauvel. 

     

    La Pellerine....

     

    Sources: Archives Départementales de la Mayenne et de la Manche tous droits réservés ; registres des baptêmes, mariages de Mortain, années 1765, 1767, 1778  - Bases monographiques communales de la Pellerine vue n° 18,19,20 – Registres de l'Etat-Civil de la commune de la Pellerine  décès 1793, vue n°30/96 - (Cadastre de 1809, la Pellerine, page 1/1- 3P2768/6 bourg (le). Photo : Marquis de Lescure, la Maraîchine Normande. 

                                                                      

                                                            

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


    votre commentaire
  •                                                         

    ''Virée de Galerne'' Saint-Jean-sur-Erve département de la Mayenne 

    en décembre 1793 et les chouans en mars 1796 

     

     

    Saint-Jean-sur-Evre....« La Croix de Mission : En 1793, dans la déroute qui suivit la défaite des Vendéens au Mans, de la Rochejaquelein fut blessé à la Croix de Mission à environ trois cent mètres à l'Est du bourg où il descendit pour faire panser sa blessure.

      Dans le même temps un combat fut livré à la ferme de Montaubon entre les Vendéens et l'armée Républicaine.

      Les morts furent enterrés à un carrefour situé non loin de la ferme et appelé le carrefour des Fosses*. La ferme de Montaubon se trouve à environ deux kilomètres à l'Ouest du bourg.»

     

    * Aujourd'hui ce carrefour se situe en pleine campagne, à la croisée de chemins à l'Ouest de la ferme du Verger, les routes ayant disparu. (voir cadastre de 1842). 

    Saint-Jean-sur-Evre....

      

    « La Haute-Mancellière  : La chapelle de Perrine Dugué de la Haute-Mancellière à 1500 mètres au Nord du point d'intersection des routes de Laval au Mans et de Sablé à Evron. Elle renferme les restes d'une jeune fille de 18 ans, Perrine Dugué de Thorigné, tuée par les royalistes le 22 mars 1796. Cette chapelle fut un lieu de pèlerinage très fréquenté au commencement de ce siècle, mais aujourd'hui  complètement abandonné. »

    Saint-Jean-sur-Evre....

     

    L'histoire de Perrine Dugué mérite d'être contée en raison de l'esprit partisan ayant animé le débat depuis les faits, tendant à minimiser le génocide des Vendéens en créant des ''martyrs'' républicains. Perrine Dugué, c'est un peu le mensonge républicain du jeune Joseph Bara..... Un ''détail'' par rapport aux charniers du Mans et de ceux, inconnus, qui jalonnent les villages de la Sarthe et de la Mayenne... J'aimerais bien qu'on me rappelle le nombre exact de femmes, d'enfants, de vieillards, de combattants blessés assassinés par les républicains locaux de ces départements : 20 000 ? 40 000 ? 60 000 ? sur les 80 000 ayant traversé la Loire à Saint-Florent en octobre 1793. Combien ?

     

    Seulement quelques milliers retraversèrent le fleuve en décembre 1793, voilà la vérité, alors Perrine Dugué, vous savez..... eu égard aux 400 000 victimes du génocide Vendéen ; le caractère unique de cette ''martyre'' Bleue me laisse indifférent.

     

     La famille Dugué est une famille Bleue qui chasse le Vendéen avec Westermann, ''le boucher de la Vendée'', autant dire des gens peu recommandables.

     

    Voici ce que nous dit  M.A Charmelot dans les Annales Historiques de la Révolution Française – année 1983, volume 253 numéro 1 / pp 454 à 465. (Extraits) 

     

      « Arrivant en Charnie, on rencontre aussitôt la famille Dugué dont tous les membres, bien que sans grandes ressources également, sont fermement et depuis longtemps républicains. Perrine est née à Epineux-le-Seguin, au Sud de Thorigné, en 1779, selon les uns, à Thorigné même, le 10 avril 1777, selon les autres. Il semble jusqu'à la découverte de pièces officielles, que la première date est la bonne, puisque la pierre du tombeau de Perrine mentionne son âge de mort indiqué par la famille : 17 ans. Peu après sa naissance, ses parents, Jean Dugué et Marie Renard, « allèrent habiter la ferme des Pins-aux-Larges, toujours près de Thorigné, avec une sœur et cinq frères de Perrine dont les âges ne sont pas précisés.

    Albert Soboul, dans son évocation des ''Saintes Patriotes et Martyres de la Liberté'' met justement en valeur le patriotisme de toute la famille Dugué qui mettaient leur vie en péril dans une région si dangereuse.

     

    Le 12 décembre 1793, après s'être réfugiés avec leurs bestiaux à Sainte-Suzanne, des paysans, rassurés par la présence de Westermann, font une sortie et ''appuient la poursuite des hussards''.*

     

    C'est à cette époque sans doute que la famille Dugué entra dans la lutte directe. L'abbé Couneau, recueillant les on-dit, écrit : '' un des frères, François, marchand-fermier à la Croix-Bachelot de Thorigné, et un de ses parents de Juigné (dans la Sarthe près de Solesme) passaient pour s'être enrichis dans la chasse aux Vendéens. (Ce qui paraît difficile, tous les témoignages parlant de la misère de ce troupeau affamé, en proie à la dysenterie, au typhus, vêtu d'oripeaux, et ayant tout abandonné depuis Granville)** Deux autres, réfugiés à Sainte-Suzanne avaient été incorporés. Perrine, très patriote, assez exaltée, montrait beaucoup d'audace et de zèle. On la voyait souvent aller à la caserne (l'ex-église de Thorigné) et on la soupçonnait de porter de là des correspondances à ses frères. Les chouans, deux fois menacèrent de la tuer s'ils la retrouvaient sur cette route.*** »

      

     * Une petite idée des massacres opérés par les républicains locaux..... 

    « Ce fut entre les routes de Mayenne et de Laval, dans le triangle formé par le Mans, Sillé-le-Guillaume et Chassilé, à Bernay, à la Quinte, à la Bazoge, à Rouillon, à Crannes, à la Fontaine-Saint-Martin, à Saint-Denis-d'Orques, à Loué, à Lavardin qu'eurent lieu les actes de la plus cruelle inhumanité. A Loué, il y eut cinq cent victimes et à Lavardin deux cent. Pendant plusieurs jours, aux environs d'Evron, on fusilla aussi de nombreux fugitifs, la plupart malades ou blessés. Quarante à soixante prisonniers de tout sexe, à moitié mort de faim et de misère, tombèrent sous un feu de peloton, sur la route de Laval à Mayenne, et furent enterrés dans un fossé, morts et vifs. Deux religieuses furent fouettées. C'est à Saint-Denis-d'Orques, après le Mans, que les Vendéens perdirent le plus de monde. 

    Les hussards, qui avaient devancé un grand nombre de fugitifs, les attendirent à l'affût, aux carrefours des chemins, aux gués des rivières, et les égorgèrent après les avoir pillés. Les Patriotes du pays se joignirent aux soldats pour les surprendre dans leurs retraites. A la voix des Conventionnels ils s'étaient armés de fusils, de faux, de fourches et de bâtons ; ils livrent aux tribunaux révolutionnaires ceux que les soldats ont épargnés dans leur première fureur. Les chemins, les champs sont sillonnés de bandes qui fuient et de détachements qui les traquent en poussant les plus horribles cris. Ce fut une chasse à l'espèce humaine et sur la plus grande échelle ». 

     

    Un groupe de combattants de Saint-Lambert-du-Lattay réfugiés dans une grange est vendu par le propriétaire du lieu aux hussards, et sont tous massacrés.

     

     « A Sablé, cent vingt fugitifs furent arrêtés et fusillés immédiatement. A Saint-Aubin-lès-le-Mans, des fermiers découvrent dans une haie un Brigand et cinq Brigandes. Ils les conduisent au Mans. Près de Bellevue, ils rencontrent un soldat qui, de deux coups de feu tue le Brigand pour avoir son gilet de couleur marron..» etc...... 

     

    ** Plusieurs remarques s'imposent. Il est faux d'affirmer qu'on ne s'enrichissait pas par le meurtre des Vendéens, quelle fadaise ! C'est encore un moyen d'excuser le comportement de cette famille républicaine. Un simple exemple suffit pour démonter ce genre d'argumentation : Le 15 décembre 1793 on trouva 45 Louis d'or dans la ceinture de Jean Gohin de Montreuil qui a été noyé à Nantes avec son frère André, ces 45 Louis d'or lui ont été bien sûr volés par la racaille républicaine au service de Carrier. 

      

    *** D'autre part, Perrine Dugué a été prévenue à plusieurs reprises, par les chouans, qu'il fallait qu'elle cesse ses allées et venues entre Thorigné et Sainte-Suzanne sous peine de mort. Les chouans préviennent, les républicains tuent sans sommations pour voler. 

     

    « Le 22 mars 1796 ( 2 germinal an IV) sa mère, veuve et ses voisins voulurent l'empêcher d'aller à la foire de Sainte-Suzanne (certains chouans l'avaient menacée de mort directement, mais d'autres avaient fait dire aux habitants de Thorigné que la date de la foire était reportée. Ces derniers espéraient-ils empêcher le crime ? (Mais) elle répondit que le diable lui-même ne la reteindrait pas, et partit à cheval avec des voisins. »

    Le drame qui se produisit peu après est définitivement éclairci. L'opinion attribua simultanément le crime aux hussards et aux chouans, dit-on, mais les souvenirs de famille du chanoine Pichon, rapportés par Robert Triger innocentent complètement les hussards.

    « Ils étaient dans les landes de Blandouet au nord de Saint-Jean-sur-Erve, un peu au delà  du chemin du Mans à Laval quand se présentèrent trois chouans qui firent descendre de cheval Perrine et qui obligèrent les fermiers à retourner chez eux, abandonnant cette pauvre fille entre leurs mains. Ils connaissaient fort bien les trois chouans, qui prétendirent donner à l'assassinat le caractère d'une exécution politique. »

    Il semble que les fermiers ne purent avertir les frères de Perrine que très tardivement, par peur des chouans, car, dit une complainte citée dans la même étude : ''les volontaires de Saint-Suzanne en arrivant firent l'enterrement.''

     

    L'abbé Couneau lui-même ne doute pas de la culpabilité des chouans. Il précise que le crime fut commis dans la lande de Pain-Sec, près du chêne des Evêt (Eveils) qui servait de lieu de rendez-vous aux chouans.

    Saint-Jean-sur-Evre....

     

    Perrine fut « assassinée de la manière la plus atroce ». Le curé d'Evron avait enquêté auprès des contemporains survivants qui se rappelaient fort bien l'affaire. Plusieurs chouans en surveillance sur la route avaient bivouaqué « échauffés par le vin » - « L'un d'eux se rendit dans une métairie quelques instants après le meurtre et dit en montrant son sabre teint de sang que Perrine avait voulu passer malgré eux, les avait accablés d'injures pendant qu'ils la fouillaient, et qu'ayant trouvé des lettres dans ses souliers ils l'avaient frappée à coups de sabre. »

     

    On trouva la petite, abandonnée sans doute en cours de matinée, le lendemain matin seulement. Elle râlait encore au pied du chêne, un sein à demi détaché, après une journée et une nuit d'agonie. Et les criminels faisaient si peur aux paysans qu'on attendit quatre jours avant que l'un d'eux osa lui donner une sépulture dans son champ. On ne poursuivit pas les chouans cependant bien connus. Deux, en effet étaient de Saint-Jean-sur-Erve. Le troisième, « qui demeure dans la commune où repose le corps (un champ de Blandouet) sera forcé d'abandonner le pays » dit le « Journal des Campagnes et des Armées » ; mais le curé d'Evron constate qu'il « n'y a pas eu de poursuites car les autorités administratives étaient dans l'impossibilité de faire respecter les lois. »

     

    J'ai vu les registres municipaux de Saint-Jean-sur-Erve, de l'an IV à l'an VI. Ils ne portent aucune mention de la mort et des deux ensevelissements de Perrine, preuve de la terreur exercée par les chouans dans ces villages où ils résidaient en nombre. Aux archives de Mayenne, on trouve que le décès fut déclaré à Thorigné* et Blandouet*, villages républicains.

     

    « D'après les traditions orales que m'ont rapportées à mon premier voyage des habitants de Sainte-Suzanne et Madame Bouvet de Saint-Jean-sur-Erve, alors gardienne de la chapelle, l'ascension de l'âme de Perrine « avec des ailes tricolores » fut attestée dès le matin du 23 mars 1796 par ceux qui recueillirent son dernier soupir. Cette impression fut-elle donnée par le lever du soleil  ? »

     

    Alors là ! Pour des républicains ne croyant ni en Dieu ni en Diable, réussir à voir l'âme de Perrine avec des ailes tricolores, il ne faut pas avoir bu que de l'eau !

    Je crois plutôt, en effet, à une impression donnée par le lever du soleil.

      

    * Je n'ai pas retrouvé l'acte de décès dans les communes de Blandouet ou de Thorigné. 

     

    Sources : Archives Départementales du département de la Mayenne tous droits réservés ; bases monographiques communales de Saint-Jean-sur-Erve, vue n° 14/17, carte la Haute Mancellière et Montobon vue n° 12/17, 15 juillet 1899 signé : Béhier, instituteur. - Histoire de la Guerre de la Vendée -Abbé Deniau -Tome III pages 382-383. Siraudeau éditeur. - M.A Charmelot dans les Annales Historiques de la Révolution Française – année 1983, volume 253 numéro 1 / pp 454 à 465. (Extraits) - Photo : Les charniers du Mans de Vendéens et Chouans. Le chêne des Evêts et la chapelle : Wikipédia.

                                                                                         

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


    votre commentaire
  •  

    Les chroniques de Jacques Chauvet, N° 28…

     


    votre commentaire
  •  

    Le choc de Largeasse…

     

     

    La Gâtine n’a pas la réputation d’avoir été des plus actives durant les Guerres de Vendée et pourtant, ce petit territoire à l’extrémité Sud de la Vendée Militaire a connu lui aussi son lot de combats et d’affaires. Le village de Pugny à lui seul en est témoin mais c’est plus au Sud cette fois que nos pas se dirigent, du côté du camp républicain de Largeasse, que nous avions déjà évoqué.

    Le 20 octobre 1794, va se dérouler un combat, ou plutôt un « choc » dans le langage des paysans vendéens entre ces derniers et des troupes sorties du camp. Voyons un peu ce qu’en dit Savary (Tome IV, p.152 et 153) :

    "Le 15, les camps de Largeasse et Chiché ont fait une sortie, huit brigands ont été tués.

    "Le camp du pont Charron était menacé, l'adjudant-général Delaage y est entré avec ses forces.

    "Le 20, un caporal du douzième bataillon du Bec-d'Ambez, ayant avec lui six hommes du camp de la Châtaigneraie, a attaqué vingt-cinq brigands, les a mis en déroute et leur a tué quatre hommes, parmi lesquels un chef armé d'une carabine, une paire de pistolets et un sabre.

    "Le même jour, un détachement sorti du camp de Largeasse, a soutenu une fusillade de plus d'une heure contre cinq cents brigands dont quarante ont été tués, et un grand nombre blessés. Un prêtre s'est trouvé parmi les morts. Ce succès a valu la prise de deux caisses de tambours, des selles, des bottes, quinze fusils, etc. Luneau et Baudu, chefs pris sans armes, ont été faits prisonniers. Nous avons perdu sept hommes et six blessés, dont deux à mort."

     

    Me méfiant un peu des retranscriptions de Savary (on verra pourquoi dans un futur article sur le même secteur), j’ai préféré aller aux sources et voici ce que l’on peut trouver aux archives du Fort de Vincennes (SHD B 5/10-73, vue 8/14) :

     

    « Le général Bonnaire écrit le 25 que dans une sortie faite la veille des camps de Chiché et Largeasse huit brigands armés ont été tués. Le 26, deux sentinelles de poste du poste de Secondigny ont été attaquées et le cheval d’un cavalier d’une escorte de convoy a été tué…/…. Le 29 (29 vendémaire, soit le lundi 20 octobre 1794) le général Bonnaire ayant ordonné une forte sortie de la Chataigneraye et de Largeasse, celle de la Chataigneraye a eu quelques succès et des brigands ont été tués, mais il annonce un trait de bravoure d’un caporal du 42° bataillon du Bec d’Ambes qui doit être rapporté, il avait avec lui six hommes et a été attaquer 25 brigands il les a mis en déroute et leur a tué 4 hommes parmi lesquels se trouvait un chef armé d’une carabine, une paire de pistolets et deux sabres.

            La sortie  de Largeasse a été plus avantageuse, les brigands ont été rencontrés au nombre de cinq cents, ils étoient embusqués dans un petit bois chataigner, une fusillade de part et d’autre a duré plus d’une heure,  et nos braves en sont venus aux mains avec les scélérats qui ont pris la fuite, quarante ont été tués, un grand nombre blessés parmi les morts a été reconnu un prêtre ; ils ont perdu en outre deux caisses à tambour, des selles, des bottes, enlevées à leur quartier général, quinze fusils, deux chevaux, un mulet, une voiture et quatre bœufs (« d… boucherie  », illisible), et le nommé Luneau fameux brigand a été pris sans armes ainsi qu’un autre nommé Baudu dont le frère est du comité des brigands, nous avons perdu dans cette affaire sept hommes tués, six blessés dont deux à mort.

     

    Salut Fraternité

    Pour le général chef d’état major

    L’adjudant général Thouron. »

     

     

    Le choc de Largeasse.....

     

     

    Le camp de Largeasse que l’on dit ne jamais avoir été attaqué l’a bien été en fait, du moins sur une sortie de ses troupes. Reste à déterminer le lieu exact de ce combat, ce qui se fera probablement avec le concours d’une petite sortie des Amis du Pont-Paillat un des ces prochains dimanches…

    A suivre donc…

     

    RL

    Juin 2017

     

    Le choc de Largeasse.....

     

     

     


    votre commentaire
  •                     René Chollet de Saint-Lambert-du-Lattay

     

     

         

    Un arracheur d'yeux....« René Chollet, tisserand au bourg de Saint-Lambert-du-Lattay, avait été pendant la Révolution un des plus féroces persécuteurs des Vendéens ; son plaisir était d'arracher les yeux à ses victimes. Il commit bien des fois de pareilles atrocités sur les vivants comme sur les morts. 

      Dieu sut le trouver ; tombé dans la misère la plus profonde, à la fin de sa vie, il perdit complètement la vue. On cria au châtiment mérité. »

     

    Quel brave homme ! Il fait partie de ces vils personnages qui surgissent lors des troubles et des désordres occasionnés par les révolutions.

     

    Après un ''carottage'' généalogique, nous ne découvrons qu'une famille du nom de Chollet à Saint-Lambert-du-Lattay. Le chef de cette famille est originaire du Pin-en-Mauges. Il s'agit de René-Michel Chollet, exerçant la profession de cerclier et non pas de tisserand. Par contre, son frère, Pierre Chollet est tisserand à  Angers et un cousin germain, Jean-René Chollet est aussi tisserand et serger à Angers.

     

    René-Michel Chollet est né le 29 septembre 1764 au Pin-en-Mauges.

     

    Il est le fils de René Chollet, cerclier, né le 4 juin 1745 au Pin, marié au Pin le 11 mai 1762 avec Marie Suteau ou Juteau. Il a un frère, Pierre, né le 8 juillet 1766 au Pin et une sœur Jeanne Chollet, née le 1 août 1769 au Pin. Devenu veuf, René Chollet épousera le 18 février 1772, Marie Morinière (vue 191/204). De cette deuxième union : Marie Chollet, née le 6 août 1779.

     

      Il épouse le 12 Floréal an 12 (1er mai 1804) à Saint-Lambert-du-Lattay, Perrine-Jeanne Richard âgée de 28 ans, originaire de Chaudefonds, fille de Jean Richard et de Maris Tamis. De cette union sont issus :

    1° Pierre Chollet, né le 15 mai 1806 à Saint-Lambert.

    2° Augustine-Marie Chollet, née le 29 octobre 1807 à Saint-Lambert.

    3° René Chollet, né le 26 février 1810 à Saint-Lambert.

    4° Auguste-René Chollet, né le 17 mars 1813 à Saint-Lambert.

     

    Ont été présents à son mariage : (vue 89/121, année 1804) : « Pierre Chollet, son frère, tisserand, 38 ans domicilié à Angers – Jean-René Chollet son cousin germain, tisserand domicilié à Angers, âgé de 27 ans et François Lehoux, maréchal des logis de gendarmerie à Saint-Lambert-du-Lattay, âgé de 39 ans »..... ''le républicain de service''.

    Il semblerait que ce soit notre homme. En effet, Monsieur l'Abbé Deniau nous parle d'un tisserand.... Le frère de René Chollet est tisserand et la tradition orale est parfois approximative ; d'autre part, la présence d'un républicain au mariage renforce cette hypothèse.

     

    René-Michel Chollet est décédé au ''Haut-Chauveau'' à Saint-Lambert-du-Lattay, le 14 mai 1836 à six heures du soir.

     

      Sources: Histoire de la Guerre de la Vendée de Monsieur l'abbé Deniau TOME VI, page 145 - Siraudeau éditeur à Angers. Archives Départementales du Maine-et-Loire, tous droits réservés, registres de l'état civil de la commune de Saint-Lambert-du-Lattay , du Pin-en-Mauges et de Chaudefonds-sur-Layon. - Photos de l'auteur

                                                                    

     

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique