•  

    Le dolmen du Marchais...

     

    La promenade du jour m’amenait à Pouzauges, au dolmen du Marchais. Ce mégalithe n’est pas conçu de la main de l’homme et n’a rien à voir avec l’époque néolithique ou celte. Il s’agit tout simplement d’un chaos rocheux naturel du même type que ceux du Rocher Branlant de Largeasse ou de la Pierre qui branle à la Verrie. Tout près d’ici, une rue et une impasse des Druides, ainsi que deux rues des Lutins et des Farfadets, semblent vouloir accréditer ce secteur de présences magiques. J’y serais bien resté cette nuit pour voir à quoi m’en tenir, mais le couvre-feu m’a obligé à retrouver mes pénates.

         Le panneau indicateur semble bien fatigué...

    Le dolmen du Marchais....

         Le chemin d’accès :

    Le dolmen du Marchais....

         Petit tour autour du mégalithe :

     

    Le dolmen du Marchais....

    Le dolmen du Marchais....

    Le dolmen du Marchais....

    Le dolmen du Marchais....

    Le dolmen du Marchais....

     

    RL

    Décembre 2020

     


    1 commentaire
  •  

    Charles-Marie Goguet de La Salmonière,

    le dernier livre de Vincent Doré

     

     

    Charles-Marie Goguet de La Salmonière, né au Pellerin en 1764, est l’un de ces très nombreux officiers vendéens qui participa à l’intégralité de la première Guerre de Vendée -la « Grande Guerre »- sans que personne ne se souvienne de son parcours ni même, parfois, de son nom. Il servit pourtant successivement comme officier sous Charette, La Cathelinière, Bonchamps, La Rochejaquelein, Fleuriot et Stofflet. Rien de moins ! Mais c’est un événement qui fit basculer à tout jamais sa vie et sa destinée : son mariage, à Fougères, le 8 novembre 1793, durant la Virée de Galerne, avec Emilie-Louise-Charlotte de Bonchamps, la demi-sœur du célébre général, décédé trois semaines plus tôt à Varades après le passage de la Loire. L’anecdote de la rencontre des deux futurs époux, rapportée par la marquise de La Rochejaquelein dans ses célèbres mémoires, passa à la postérité.

     
    Au-delà du fameux mariage, cette biographie a pour but de remettre en avant le parcours exemplaire d’un fidèle serviteur du trône et de l’autel dont la trajectoire est une véritable plongée dans l’histoire des Guerres de Vendée. Elle s’attardera particulièrement à retracer en détails la Virée de Galerne, s’attachant à la division de Bonchamps, dans laquelle servait Charles-Marie, à celle du Loroux, de laquelle sa jeune épouse et lui étaient proches, et au destin de la petite troupe de paydrets du Pellerin, de Vue et de Frossay, qui l’avaient suivi outre-Loire.

     

    Goguet de La Salmonière, le dernier livre de Vincent Doré....

    Goguet de La Salmonière, le dernier livre de Vincent Doré....


    Le livre (310 pages) est vendu au prix public de 22 euros TTC.
    Si vous êtes intéressé(e), merci de contacter l'auteur par email : vincentdore78@gmail.com

    Attention : Le tirage du livre est très limité.
     


    2 commentaires
  •  

    Sur les chemins de Galerne 2021...

    Voeux pour la nouvelle année

     

     

    L’année 2020 a été certainement l’une des années les plus abjectes jamais vues depuis 1793-1794 au niveau restriction des libertés, pour le génocide aucune inquiétude, ça vient.

    Les globalistes vous ont prévenu : « le monde ne reviendra plus jamais à la normale » et ils ne permettront jamais que les choses redeviennent à la normale.

    Comme après 1789, si ces malfaisants réussissent, le monde et la France en particulier seront méconnaissables.

    Une lueur d’espoir tout de même, le programme de la ploutocratie risque d’échouer lamentablement, la pandémie étant une petite distraction cachant l’effondrement économique.

    Comme vous avez pu le remarquer, en ce moment tout va très vite, l’agenda mondialiste avance à un rythme effréné, parce que les tarés aux manettes s’aperçoivent qu’ils sont en train de perdre la main et le programme doit avancer coûte que coûte, avant qu’il ne soit trop tard

    En 2021, les dictateurs-menteurs vont vous effrayer en gonflant les chiffres de la pandémie.

    Les opposants à la mascarade sont déjà isolés en hôpital psychiatrique, en prison ou placardisés comme au bon vieux temps de Staline et des goulags. Ouvrez les yeux les gauchiasseux, vieux soixante-huitards décatis, descendez, vous êtes arrivés à Tchoukhotka.

    Pour conclure, nos républicains en plastique ont passé la nuit de Noël à concocter des lois iniques pour votre malheur, au lieu de se recueillir devant la Crèche.

    Alors mes chers amis, Bonne et Sainte Année à vous tous, bonne santé et bon vaccin et surtout bonne chance, si vous survivez !

    A la Grâce de Dieu !

     

    .  Affiche du film Jean Chouans – 1926.

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets


    3 commentaires
  •  

    Le billet de fin d’année...

     

    Il ne viendra à personne l’idée d’un quelconque regret de cette année 2020 marquée par des privations de libertés jamais vues depuis l’occupation allemande et l’incompétence notoire affichée tant par les politiciens que les pseudo-scientifiques et médicastres de plateaux télé qui n’ont eu de cesse de ridiculiser leur art dans un enchaînement de sorties et de décisions grotesques. Je ne suis pas certain que l’année 2021 sera meilleure car maintenant que la population a montré sa docilité, il sera évidemment tentant de pérenniser, voire d’accentuer les mesures destinées à tuer votre bonheur.

    En cette nuit de Noël, j’ai évidemment une pensée pour ces Vendéens et ces Chouans qui se sont battus pour être libres. Que nos aspirations d’aujourd’hui semblent bien éloignées des leurs !

    Des nouvelles de ce blog ? Etant absorbé depuis plusieurs mois par un ouvrage sur le général républicain Grignon, il m’est actuellement difficile d’alimenter  Chemins secrets, d’autant que les projets d’écriture ne manquent pas, notamment un recueil des articles les plus marquants publiés ici depuis ces dix dernières années. En attendant, je vous souhaite à toutes et à tous un Joyeux Noël et mes vœux les plus sincères pour l’année nouvelle.

    Et que vive la liberté !

     

    RL

    Décembre 2020

     

    Le billet de fin d'année...

     


    3 commentaires
  •  

    Vendée, Noël 1795, 

    mort de François Pajot... 

     

     

     

    Noël 1795....Le 24 décembre 1795 Charette « envoyait Lucas-Championnière, avec 300 hommes, pour arrêter un convoi qui se dirigeait du Grand-Luc au château de Chantenay. Lucas-Championnière s’embusque dans un bois taillis pour l’attendre. Il y reste longtemps, et comme il se faisait tard, ses officiers l’engagent à se retirer. Il allait le faire, lorsque le convoi arrive. Son apparition subite cause un peu le trouble parmi les royalistes. Cependant ces derniers se précipitent sur les Républicains, les mettent en fuite et s’emparent du convoi. Pajot qui avait suivi Lucas-Championnière, se jette à la suite de l’ennemi et le poursuit jusque dans les lande de Saint-Denis ; mais blessé mortellement au bas ventre, il tombe sans vie. « Vous m’avez laissé tuer un brave » dit Charette à Championnière, quand ce dernier vint lui annoncer sa mort. 

    Pajot était le plus terrible officier du Bas-Poitou et le plus dévoué à Charette. Né paysan, puis valet d’écurie, il se ressentait de son premier métier. Il joignait à un caractère violent, les ridicules d’un parvenu et l’immoralité d’un homme sans principes. Il fit tuer sans remords, nous l’avons dit, les prisonniers de l’Ile de Bouin ; on lui aurait fait commettre les plus grands crimes aussi bien que les meilleures actions. » 

     

    François Pajot à été enterré dans la nuit de Noël au camp de Montorgueil au Poiré-sur-Vie.

    François Pajot est né à Saint-Gervais en 1761. Il est le fils de Pierre Pajot et de Charlotte Morin. En 1787 il est domicilié à Bouin où il exerce la profession de journalier et épouse à 26 ans, le 23 octobre 1787, Renée Sorin âgée de 33 ans, fille de Jacques Sorin et de Julienne Girard de la paroisse de Bouin.

    Très apprécié de Charette pour sa combativité, il commande la division de Bouin dans le Marais.

     

                                Bon et Saint Noël à vous tous.

     

     

    Sources : 

     

    . Histoire de la Guerre de la  Vendée – Tome V - Page 529. de l’Abbé Deniau. 

    . Archives Départementale de la Vendée, tous droits réservés, Registres d’état civil de la commune de Bouin, mariage, année 1787, vue n°72/121.   

    . Crédit photo : The Cathedral of St John the Baptist – Charleston South Carolina. 

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique