• 4 exécutions au Sables en mars 1794....

     

    Les Sables-d'Olonne, le premier Germinal de l'an II...

     

     

     

    4 exécutions au Sables en mars 1794....La guillotine se trouve sur la plage et lorsqu'elle fonctionne mal à cause des embruns, on fusille les condamnés à côté...   

       

    ''La Commission Militaire siégeait dans une maison de Pierre Vaugiraud de Rosnay, cette maison existe toujours et se trouve à l'angle de la rue Béhic et de la rue du Maréchal Leclerc.

    Les séances de la Commission Militaire étaient publiques et se tenaient dans l'ancien salon du comte de Vaugiraud. Les prisonniers étaient conduits après le jugement dans la prison du Minage, dont la sortie donnait sur la route menant à la guillotine, située sur la plage.'' (A.D de la Vendée Noms commençant par Gu-L1590 vue 275/300). 

     

    « Le premier Germinal  de l'an deux de la République Française, devant Charles Sané, Officier Public de cette commune canton et district des Sables, département de la Vendée, nommé en exécution de la loi, étant au lieu des séances de la commune, s'est présenté le citoyen Tireau, secrétaire de la Commission Militaire établie en cette commune, lequel nous a déclaré que le vingt sept Ventôse à midy, 

    Louis Méchine dit de Gravières, chirurgien, de la commune de Coex, de ce district des Sables, âgé de cinquante cinq ans a été exécuté, condamné à mort par jugement de la dite Commission. » 

     

    Louis Méchine des Gravières est né le 8 février 1742 à Restigné près de Bourgueil (vue n°4/17 année 1742 - Restigné). Il est le fils de Henri-René-Martin Méchine des Gravières, bourgeois et de Françoise Madeleine Bénuseau-Benuzeau.

    Il est venu exercer son métier de chirurgien en Vendée où il épouse en premières noces, à Beaulieu-sous-la-Roche, le 18 juillet 1769 Marie-Aimée Ferré (vue n°313/317- année 1769). Devenu veuf, il épouse le 3 novembre 1789 à La Chapelle-Hermier, Henriette-Rose Poux (vue n°139/140 – année 1789)

     

    « Que le vingt huit de Ventôse à midy :

     

    Pierre Guilloton, laboureur, de la commune d'Aizenay, district de la Roche-sur-Yon, âgé de soixante dix ans, a été exécuté, condamné à mort par jugement de la dite Commission. » 

     

    Pierre Guilloton est né le 8 novembre 1731 à Beaulieu-sous-la-Roche et a été baptisé le lendemain à Aizenay, il est le fils de Pierre Guilloton et de Marie Tallier (Aizenay BMS 1737-1753 vue 586/88). Il se marie le 17 janvier 1753 à Aizenay. Avec Jeanne Guilbaud, fille d'Etienne Guilbaud et de Suzanne Piquart (vue n°316/331 Aizenay).

    Il a été condamné à mort pour avoir nourri et logé pendant une nuit Jean-Baptiste Joly, commandant de la Division des Sables, avoir pillé du vin et avoir voulu mettre en prison un patriote. La Commission a prononcé la confiscation de ses biens au profit de la République.

     

    « Que le vingt huit ventôse à midy : 

     

    Jacques Vrignon, tisserand et procureur de la commune de la Chapelle Achard, âgé de cinquante huit ans a été exécuté, condamné à mort par jugement de la dite Commission.» 

     

    Jacques Vrignon est né le 24 mars 1738 à Grosbreuil (vue 204/251). Il est le fils de Jacques Vrignon tisserand et de Jacquette Rouleau. Il épouse le 22 juin 1762 (vue n°35/304) à Grosbreuil, Marie Garsaud, fille de François Garsaud-Garceau et de Marguerite Geay.  

     

    « Que ce jour à midy,  

     

    Louis-Charles Gazeau dit Boissière, ci-devant noble et Brigadier des Armées du ci-devant Roy, demeurant à la Blatonière, commune de Grosbreuil de ce district des Sables, âgé de plus de quatre vingt ans, a été exécuté, condamné à mort par jugement de la dite Commission. 

    Desquelles exécutions, nous avons rédigé acte en présence dudit citoyen Tireau, qui a dit n'avoir aucun autre renseignement sur les dits décédés et a signé. 

     

    Signé Fané Officier Public et Tireau. » 

     

    Louis-Charles Gazeau de la Boissière – Chevalier, Marquis de la Boissière, seigneur de Grosbreuil... On a traîné ce vénérable vieillard paralysé, dans un fauteuil, avant de le fusiller, et là, je vous oriente vers l'excellent article de la Maraîchine Normande du 18 novembre 2016.

    4 exécutions au Sables en mars 1794....

     

     

    Sources :   

     

    Archives Départementales de la Vendée, tous droits réservés – Les documents consultés ont été référencé dans le billet.  

    Acte de décès : (vue 86/97 les Sables d'Olonne – 16 germinal de l'an 2). 

    Archives départementales d'Indre et Loire, tous droits réservés, état civil de la commune de Restigné. 

    Louis-Charles Gazeau de la Boissière – la Maraîchine Normande du 18 novembre 2016. 

    Registres d'état civil des Sables-d'Olonne. 

    Photo: guillotine aux enchères à Nantes – Le Parisien du 25 mars 2014. 

                                                           

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Septembre à 18:36

    Les quatre ont été fusillés, dont deux assis : Louis-Charles Gazeau (dans un fauteuil comme c'est indiqué dans l'article) mais aussi Louis Méchine (ou Meschine), « chirurgien à l'armée de Charette, blessé à une cuisse, ne pouvant marcher, deux brigand l'ont porté dans une chaise à bras au lieu du supplice » (Journal de Collinet, p. 219). 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :