• 250 personnes à la Durbelière....

     

    250 personnes à la Durbelière…

     

     

    La jeune association de la Durbelière vient de connaître un très vif succès pour sa première manifestation. Un peu plus de 200 personnes auxquelles on peut ajouter une quarantaine de bénévoles en costumes d’époque. Il était un peu plus de 18 h 00 lorsque les festivités commencèrent mardi soir 29 août pour une soirée de reconstitution historique sur le thème de Henri de La Rochejaquelein et des Guerres de Vendée. Le premier groupe, d’une soixantaine de personnes, guidées par Pierre Gréau, vice-président du Souvenir Vendéen partait déjà vers le célèbre château, lorsque votre serviteur arriva pour saluer et guider le second groupe, composé de près de 120 participants. Une visite rapide sur les tombeaux de la famille La Rochejaquelein dans l’église avec une petite conférence sur le début des Guerres de Vendée dans le Nord des Deux-Sèvres et il était déjà grand temps d’assister aux spectacles proposés par les bénévoles, accourus de toute la Vendée Militaire et de bien d’autres régions.

    C’est ainsi que le public put assister au tirage au sort qui déclencha la guerre civile, au milieu des cris et d’un début de bagarre, heureusement pour de faux (sans jeu de mot…). Une fois les « bleus » dispersés, la maison du Rabot, propriété d’ Anne-Henriette du Vergier de La Rochejaquelein, tante de Henri fut présentée au public en quelques mots. La nombreuse assistance prit ensuite un antique chemin menant aux ruines romantiques de la Durbelière non sans quelques surprises le long du parcours. Un petit groupe de brodeuses était là, se racontant des histoires du pays, tout en préparant les scapulaires qui allaient orner la tenue du mari, du fils ou du frère. Puis on marcha encore, avant cette fois de tomber de manière impromptue sur une messe clandestine en pleine campagne. Le sermon du curé impressionna beaucoup, puis le Salve Regina donna enfin le signal de l’arrivée dans la cour du château. Ici, tandis que se jouait une reconstitution de chirurgie sur de pauvres blessés pour le premier groupe, nous assistions aux manifestations de mécontentement de Vendéens plus vrais que nature contre le « nouveau régime ».

    Nous attendions tous « Monsieur Henri », qui se laissait désirer, tout en papotant de tous côtés avec bien des figures connues dans le petit monde vendéen aussi bien qu’avec des personnes simplement désireuses que l’on réponde à leurs nombreuses questions. Enfin, l’enfant du pays apparut et, après avoir accepté les sollicitations des paysans de Saint-Aubin et des Aubiers, il lâcha sa célèbre tirade : « Si j’avance, suivez-moi, si je recule, tuez-moi, si je meurs, vengez-moi ! », avant de partir bride abattue et sabre au clair, suivi de plusieurs cavaliers et paysans en sabots.

    Après cette soirée mémorable, ce fut le tour des remerciements. Les fondateurs de l’association, Laurent Marolleau, président, et Yves Chouteau, maire de Saint-Aubin-de-Baubigné, accompagnés de Pierre-Yves Marolleau, maire de Mauléon et de Philippe Robin, vice-président de l’Agglomération du Bocage Bressuirais firent chacun un petit discours de remerciements, tous un peu abasourdis par l’engouement suscité par cette sortie.

    Qui a dit que les choses ne bougeaient pas dans le Nord des Deux-Sèvres pour le patrimoine et l’histoire ? En tout cas, si on l’a dit, les choses sont en train de changer avec des gens conscients de la richesse de la région dans le domaine culturel.

    Pour autant cette sortie n’aurait pu être aussi réussie sans le concours des très nombreux bénévoles assurant l’animation. De Arnaud, (alias Armand Bérart, de son nom de romancier) qui a écrit et mis en scène les spectacles mais aussi secrétaire de l’association, à tous ceux qui ont mis la main à la pâte en se costumant, en rameutant sur les réseaux sociaux, ou en affinant chaque détail de cette superbe sortie, ce sont les plus vifs mercis qui vous sont adressés. Des mercis qui vont également en première ligne aux associations vendéennes et de reconstitution historique qui n’ont pas hésité à répondre présent, avec plusieurs centaines de kilomètres parcourus pour certains. Citons, bien entendu le « Souvenir Vendéen », pour l’aide précieuse de Pierre Gréau et de Nicolas Delahaye, « La Troupe des Cœurs de Chouans », « Les Chasseurs de Stofflet », nos chers « Amis du Pont-Paillat » et tous ceux « blancs » ou « bleus » qui ont bien voulu participer et montrer leurs talents. Rien ne vaut et ne vaudra jamais l’amitié entre les hommes pour faire des merveilles…

    RL

    Septembre 2017

     

     

    De nombreuses photos ont déjà été partagées sur Facebook, par  Nicolas sur son blog « Vendéens et Chouans », et sont encore à venir sur le site Internet de « La  Durbelière ».

     

    En attendant voici une vidéo de « La Maraîchine Normande »…

     

    … Et une autre de Franck le Chouan :

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :