•  

    Un clin d'oeil...

     

     

     Il n'y aura pas d' article d'histoire ce soir, la météo apocalyptique ne nous ayant pas permis d'effectuer l'une de nos sorties habituelles. Pas d'histoire, non, mais nous aurions pu parler d'histoire... automobile...

     

    Ce petit clin d'oeil à "Julie" qui se reconnaîtra, en remerciement à sa fidélité sur ce blog et à notre amitié. wink2

     

     

     RL

     Avril 2014

     

     

    Clin d'oeil....

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le chemin du Marais...

     

     

     Ce chemin situé sur la commune de Saint-André-Sèvre, entretenu de nos jours pour les randonneurs, n'a pas vu de grands événements se dérouler durant les Guerres de Vendée. Pour autant, on y imagine sans peine, notamment dans sa partie la plus authentique, quelques chapeaux rabalets déambulant dans la verdure...

     

     Comme pour d'autres régions qui ont leur particularité, comme pour le Marais Poitevin par exemple, dont les conches sont toute l'identité, le Bocage a besoin de ses chemins creux et il nous faut les préserver du vandalisme public qui voudrait ne voir que du béton afin de transformer la verdure printanière en grisaille, aussitôt taguée par l'illettrisme et la bêtise. Par ces chemins, des hommes et des femmes ont vécu, travaillé, ont été heureux, tristes et quelquefois sont morts.

     

     RL

     Avril 2014

     

     

    Le chemin du Marais....

     

     "La Maraîchine Normande" en planque dans une "cracotte".

     

    Le chemin du Marais....

     

     

     

    Le chemin du Marais....

     

     

    Le chemin du Marais....

     

     

     

     

    Le chemin du Marais....

     

     Sur le cadastre de 1809, notre chemin désigné sous le nom de "chemin de Saint-Mesmin-la-Ville à Menomblet".

     

     

    Le chemin du Marais....

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Petit billet pour les lecteurs de Chemins secrets...

     

     

    Certains habitués de ce blog ont pu constater depuis quelque temps un ralentissement dans la publication de mes articles. Non point qu'il ne reste plus d'endroits à vous présenter ni d'histoires à vous raconter mais tout simplement que je me trouve occupé actuellement par ma deuxième passion pour les voitures. Eh oui, le printemps est aussi propice à s'occuper d'entretien, de rouille et de sorties pétaradantes.

     

     Je présente donc mes excuses à ceux qui attendent le petit article sur les Guerres de Vendée chaque dimanche soir et qui ont été peut-être déçus. Qu'ils se rassurent, les balades dans les chemins d'autrefois vont reprendre sous peu leur cours normal et afin de me faire pardonner, je livre ici deux photos faites ce jour à la croix du "Moulin Tubin" de Montournais dont on lira l'histoire ici.

     

     

     RL

     Avril 2014

     

     

    Petit billet pour les lecteurs de Chemins secrets....

     

    Petit billet pour les lecteurs de Chemins secrets....

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le coin du collectionneur, N° 3...

     

     Un bien beau cadeau que m'a fait un ami angevin vivant en Bretagne avec ses ouvrages anciens de Théodore Gosselin dit "Lenôtre". Je me retrouve donc ainsi avec "Bleus, Blancs & Rouges", édition de 1912, en double. Je suis prêt à l'échanger contre un autre livre ou un objet en rapport direct avec les Guerres de Vendée ou la Chouannerie.

     

     

     RL

    Avril 2014

     

     

    Le coin du collectionneur, N° 3....

     

    Le coin du collectionneur, N° 3....

     

    Le coin du collectionneur, N° 3....

     

    Le coin du collectionneur, N° 3....

     

     


    votre commentaire
  •  

    Marie Gredeler, la bouquetière du Palais-Royal,

     

     Une scène des massacres de septembre...

     

     

     On connaît les abominables scènes des massacres de septembre et le sort de la princesse de Lamballe, dont le cœur aurait été consommé par un massacreur, tandis qu'un autre se faisait une moustache de ses parties génitales.

     Le cas de Marie Gredler est moins connu et l'historien Alain Gérard, dans son ouvrage "Vendée, les archives de l'extermination", CVRH, 2013, p.40, décrivant les massacres de septembre, à Paris en 1792, nous dit que le supplice de Marie Gredler est "inracontable".

     

     Il n'est selon moi, rien "d'inracontable" sur les horreurs de la révolution.

     Marie Gredler, "bouquetière au Palais-Royal", est accusée d'avoir émasculé son amant, un grenadier des Gardes Françaises, dans un accès de jalousie. Elle avait été condamnée par la justice, mais laissée en sursis à l'exécution de son arrêt. La foule parisienne, s'en empare. On la dénude et on l'attache à un poteau. On lui écarte les jambes et on lui cloue les pieds dans le sol. De là, on lui sabre les deux seins et, apothéose des valeurs révolutionnaires, on lui allume un feu entre les jambes, qui va lui dévorer les parties génitales, dans des souffrances épouvantables.

     

     

     RL

     Avril 2014

     

     

    Marie Gredeler....

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires