• La Porte des Martyrs …

     

     

    Si l’on connaît Saint-Laurent-sur-Sèvre comme la « ville sainte » de Vendée, il est bien moins question de ces chemins de campagne qui connurent bien des drames. Ainsi au château de la Barbinière à « La Porte des Martyrs » dont nous livrons ici quelques photos.

    Les descriptions des scènes de meurtres, viols, incendies et autres activités typiquement républicaines que fait madame de Sapinaud dans ses mémoires sont d’une violence inouïe et doivent participer à nous rappeler sans cesse ce que des français ont pu faire à d’autres français pour de stupides questions idéologiques, donnant ainsi libre court à tout ce qu’il peut y avoir de plus bas dans l’être humain. Encore, s’il est permis d’appeler humain ces abrutis prétendument admirateurs des « Lumières ». Et bien encore, aurait-il fallu qu’une quelconque lumière puisse sortir des égouts.

     

    RL

    Août 2012

     

    La Porte des Martyrs....

    La Porte des Martyrs....

    La Porte des Martyrs....

    La Porte des Martyrs.... 

     

    La croix Brebion, sur un autre lieu de massacre, non   loin de la Porte des Martyrs.

     

    La Porte des Martyrs....

    La Porte des Martyrs....

     

    Un peu plus loin, le moulin d’Etourneau sur lequel le blog « Vendéens et Chouans » a fait un article.

     


    votre commentaire
  • Coupure de presse fournie par notre ami M. Wingel.

     

    Une anecdote....



    votre commentaire
  • Choses vues…

     

    Récemment, sur le site « Vendéens et Chouans », un article nous parlait d’une ancienne borne Michelin des années 30 qui avait conservé dans ses directions, le célèbre nom de « Châtillon-sur-Sèvre », la capitale de la Vendée Militaire. On sait que Mauléon porta ce nom dû à son achat par le duc de Châtillon, de 1736 à 1965.

    http://guerredevendee.canalblog.com/archives/2012/08/08/24860037.html

    Suite à une promenade sur place, dans les entrailles profondes de ce Bocage tant aimé, nous y avons découvert la borne citée plus haut, ainsi qu’ une autre, un peu plus loin, indiquant le même nom si incontournable dans les annales de 1793…

     

    RL

    Août 2012

     

    Choses vues....

     La borne découverte par le site « Vendéens et Chouans »

     

    Choses vues....

     

    Celle découverte par nos soins

     

    Choses vues.... 

    Une croix dans la campagne

     

    Choses vues....

    Un moulin

     

    Choses vues....

     

    La chapelle des Oulleries (ou Houilleries) non loin du calvaire dont nous avons déjà parlé.

     

    Choses vues....

     

    Posuerunt me custodem : « Ils ont fait de moi leur gardienne »

     

    Choses vues....

    Choses vues....

     

     

    Choses vues....      Campagne

     

    Choses vues....      Monsieur Henri…

     


    votre commentaire
  •  

    Le camp de Montorgueil (1°partie)…

     

    Cet article sera sûrement remanié dans l’avenir, car il y a des choses à éclaircir et bien des mystères à élucider. Charette se tint ici de la fin novembre 1795 au 20 février 1796 dans ce hameau non loin du Poiré-sur-Vie (Montorgueil dépendait alors du Poiré. Il est rattaché à Belleville depuis 1849.).

    Outre le fait que notre général bas-poitevin se cantonnait dans un petit château dont il ne reste que quelques dépendances, et s’asseyait sur un rocher en forme de siège pour causer à ses gars, il y a aussi la tombe de François Pajot, mortellement blessé au bas-ventre après un combat où il venait donner son renfort aux troupes de Lucas de la Championnière. Ce dernier reçut comme commentaire de la part de Charette : « Vous m’avez laissé tuer un brave homme monsieur. » (1) Pajot fut enterré à Montorgueil, au pied d’un pommier…

    Bien entendu, il y a là aussi de possibles chances de trouver une partie du trésor de Charette, ici ou dans le bois des Gâts, à l’Est de Belleville-sur-Vie, sur la paroisse de Dompierre-sur-Yon, mais on sait qu’une partie fut déjà trouvée en 2004 en forêt de Grasla. Laissons donc les trésors des héros à la terre et les dettes à la république, cela lui sied très bien…

     

    RL

    Août 2012

     

    Hoche écrivait à Delaage depuis Nantes le 26 novembre 1795 :

     

    "Charette a six mille louis d'or... Promettez-les, et donnez-les à quiconque le prendra mort ou vif ; ne l'abandonnez plus qu'au tombeau. Cette action est digne de vous et de votre camarade Travot" (Savary, tome VI, p. 64).

     

    Outre l'éclairage magnifique sur la mentalité républicaine, cette missive, si elle dit vrai, laisse supposer que 4 791 pièces d'or dorment encore quelque part en Vendée...

     

     RL

    10 novembre 2015

     

    A suivre ici. 

     

    Note :

    (1) Il s’agit d’un combat contre une troupe républicaine se dirigeant depuis les Lucs vers le château de Chatenay, occupé par les républicains. Op.cit, « Charette et la guerre de Vendée », René Bittard des Portes, Paris 1902, p. 548.

     

    Le camp de Montorgueil....

    Le camp de Montorgueil....

    Le camp de Montorgueil....

    Le camp de Montorgueil....

    Le camp de Montorgueil....

    Le camp de Montorgueil....

     

    Le camp de Montorgueil....

    Le camp de Montorgueil....

    Le vallon de Montorgueil et ses mystères…

    Le camp de Montorgueil....

     

    Symbole….

     

     

     

      


    2 commentaires
  • Le Château du Pont-de-Vie

     

    C’est ici que Charette fit tenir le fameux synode des prêtres de la Vendée le 4 août 1795. 57 d’entre eux sont venus ici pour prendre les consignes de monseigneur de Mercy, évêque de Luçon insermenté et exilé. Parmi eux, le célèbre curé Barbedette du Grand-Luc et l’abbé de Gruchy, vicaire de Beauvoir-sur-Mer, originaire de Saint-Mars-la-Réorthe qui sera guillotiné le 28 novembre 1797 à Nantes. Il y aura là aussi, le curé Desplobeins de Puymaufrais dont nous avons déjà parlé, et le curé Mitrecey de la Grolle.

    Devenu le quartier général du républicain Travot, c’est au Pont-de-Vie que Charette sera conduit prisonnier aussitôt après son arrestation dans le bois de la Chabotterie.

    Il ne reste de cette époque que le porche d’entrée du château et un pigeonnier, le reste ayant été rasé.

     

    Le château du Pont-de-Vie....

     

    Le château du Pont-de-Vie....

    Le château du Pont-de-Vie....

    Le château du Pont-de-Vie....      Chemin secret….

     

    Le château du Pont-de-Vie....

     

    Le château du Pont-de-Vie....

     

     

    RL

    Août 2012

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires