• 1792, vu depuis le Maine-et-Loire (9° partie)....

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (9° partie)…

     

     

         AN F 7 3682/1-12.

     

     

     « Extrait du procès-verbal des séances du conseil général du département de Maine et Loire

    Séance du 25 aout 1792 l’an 4ème de la liberté, 4 heures du soir

     

    Un courier extraordinaire dépêché par Mrs Ollivier et Richard commissaires du département dans les districts de Cholet et Vihiers à remis sur le bureau une lettre dattée de Cholet de ce jour 5 heures du matin dont M. le président à donné lecture. Les commissaires demandent qu’il leur soit adjoint d’autres membres du conseil pour être en état de se concerter rapidement avec les différents conseils de districts et de communes sur les dispositions à faire pour s’opposer aux progrès du rassemblement de révoltés qui dévastent le département des Deux Sèvres. Ils demandent en même temps une augmentation de forces, des pièces de canon et des munitions. M. le président à lû ensuite plusieurs lettres dont copies étoient jointes à celle-cy dessus, du directoire du district de Thouars et des procureurs syndics des districts de Saumur et Vihiers qui constatent que le nombre de révoltés augmente.

    Le conseil général du département délibérant sur ces dépêches à nommé MM Desmazieres, Pierre Marie Delaunay, et Reveillière pour conjointement avec MM Ollivier et Richard nommées commissaires par l’arrêté du 22 de ce mois, se concerter tant avec le conseil général du district de Cholet qu’avec ceux des districts de St Florent, vihiers et Saumur sur les mesures à prendre pour s’opposer au rassemblement des révoltés dans le département des Deux Sèvres : donnant à ces commissaires tout pouvoir et commission pour diriger sur tout ou besoin sera. Les corps de troupes de ligne, gendarmerie et garde nationale déjà rassemblés et requérir ultérieurement dans les districts du département toutes autres parties de forces publiques que les circonstances pourront nécessiter, le tout à l’effet tant de prêter aide et secours au département des Deux Sèvres pour dissiper les révoltés que de préserver celui de Maine et Loire de toutes incursions et de tous soulèvement qu’on tenteroit d’y exicter.

    Louis-Marie de la Réveillère Lépeaux. Tableau de François Gérard, 1798.

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (9° partie)....

     

    M. Pierre Marie Delaunay présent à accepté la commission portée dans l’arrêté cy dessus sous la condition qu’il lui sera libre de revenir au tribunal criminel lorsque les affaires nécessiteront sa présence.

    Le conseil général du département délibérant ensuite sur l’augmentation des forces demandées par les commissaires, à arrêté après que le procureur général syndic à été entendu.

    1°. Le commandant de la garde nationale d’Anegrs sera requis de donner les ordres pour que trois cent soixante gardes nationales, les officiers en dehors se tiennent prêts à se rendre de suite à Vihiers avec deux pièces de canon.

    2°. Le commandant de la Gendarmerie Nationale sera requis de donner les ordres à un lieutenant, un maréchal des logis et a dix gendarmes de se tenir prêts à accompagner les gardes nationales d’Angers.

    3°. Le commandant du deuxième bataillon sera requis de donner ordre au chirurgien major de se rendre au détachement de ce bataillon qui à été envoyé a Cholet en vertu de l’arrêté du 22 de ce mois pour être attaché tant à ce détachement qu’à tous autres de gendarmerie nationale, troupe de ligne et gardes nationales des districts en réquisition. Le citoyen Mirault chirurgien devant être attaché aux corps de gardes nationales du district d’Angers ; sauf aux commissaires à faire toutes autres dispositions, dans le cas ou les gardes nationales des autres districts auroient des chirurgiens.

    4°. La municipalité d’Angers sera requise de prêter quinze mille cartouches à balle, cent gargousses, un baril de poudre et mille pierre à fusil.

    5°. Il sera acheté de suite chez les marchands de munitions la quantité de quatre cents livres pesant de balles de calibre et de cent livres pesant de postes.

    6°. Il sera de suite donné les ordres nécessaires à l’étapier pour les besoins du détachement et aux volontaires de la ville ; et fournir de suite cinq chevaux qui seront stationnés à St Lambert pour le relais des couriers expédiés pour les commissaires au conseil, trois chariots et les chevaux nécessaires pour le trait et le relais des chariots et des pièces de canon.

    Le conseil général à également arrêté que le citoyen Bardou capitaines de compagnie franche chargé de la levée de cette compagnie dans le département sera requis de se rendre à Vihiers avec tous les hommes d’élite qu’il pourra prendre parmi ceux déjà enrôlés, et pour l’armement des quels il se concertera à lamiable avec la municipalié de Baugé ou ils sont en dépôt.

    Fait en conseil général du département à Angers le vingt cinq août mil sept cent quatre-vingt douze l’an quatrième de la liberté 4 heures du soir.

    B L Dieusie

    Pour expédition

    Barbot secrétaire général »

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (9° partie)....

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :