• 1792, vu depuis le Maine-et-Loire (2° partie)....

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (2° partie)…

     

    Nous continuons le dépouillement de la liasse F7 3682/1-11 des Archives Nationales avec quelques documents.

     

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (2° partie)....

     

    « Département de Maine et Loire

    Extrait du procès verbal du conseil général

    Séance du 23 août 1792 l’an 4ème de la liberté

    Après la lecture faite des dernières lettres du district de Cholet, relatives aux troubles et à l’insurrection qui viennent de se manifester dans le département de la Vendée ; un membre à observé qu’il étoit à craindre que ces mouvements ne se fissent ressentir dans les districts de Chollet, St Florent, et Vihiers, où il y a déjà eu quelques rassemblements projettés ; qu’il seroit nécessaire pour prévenir les suittes de ceux des départements voisins, d’envoyer une force armée suffisante pour contenir les malveillans et les ennemis de la liberté ; qu’on pourroit la composer d’un détachement de la garde nationale d’Angers qui s’est offerte généreusement, et d’un détachement choisi dans le bataillon qui vient de se former.

    La proposition ayant été discutée et mise aux voix, le conseil général, oui : le procureur général sindic, à arrêté :

    Art 1er

    Qu’il sera envoyé un détachement de deux cents hommes de gardes nationales, dont tous seront destinés pour se rendre à Chollet, quarante à Chemillé, et soixante à Beaupreau, le tout provisoirement jusqu’à ce que les commissaires en ayent autrement ordonné.

    Art 2

    Ce détachement sera composé de cent hommes pris dans la garde nationale d’Angers, et cent hommes qui seront choisis dans le second bataillon qui vient d’être formé ; à l’effet de quoi, il sera écrit sur le cham aux commandants pour les inviter, à faire le choix et le rassemblement des citoyens pour être en état de partir dans ce jour.

    Art 3

    Les officiers qui seront nommés pour la conduite du détachement, seront invités se concerté pour leurs marches et leurs opérations, avec messieurs Olivier et Richard commissaires du département envoyés à Cholet

    Art 4

    Il sera pourvu  sur le champ à l’armement des gardes nationaux pris dans le bataillon, et à cet effet la municipalité d’Angers sera invitée 1°, de fournir à titre de prêt, les munitions, gibernes et autres objets nécessaires. 2° de fournir aux citoyens Cambon et Masson de Cholet trois cent cartouches, et à la municipalité de Chalonne un baril de poudre du poid de cent livres.

    Art 5

    L’étape sera fournie au détachement, tant des gardes nationales d’Angers qu’à celle du deuxième bataillon ; le vin sera livré à la mesure de Paris.

    Arrêté qu’expédition du présent sera envoyé au ministre de l’intérieur, et à celui de la guerre, avec copie des différents lettres envoyées tant par le sieur Boisard lieutenant de gendarmerie commandant du détachement envoyé à Chatillon, que par le procureur sindic du district de Cholet.

    Pour extrait

    Barbot

    Sécrétaire général

     

    ***

     

    Angers le 25 août 1792, l’an 4ème de la liberté

    Les pièces ci jointes que j’ai l’honneur de vous faire passer vous instruiront des grands événements arrivés dans le district de Chatillon département des Deux-Sèvres. L’insurrection y est complète et se porte sur quelques districts de notre département. Il a fallu envoyer la force armée, et dans ce moment nous recevons une nouvelle lettre du Sr Boisard lieutenant de la gendarmerie qui jusqu’à présent à commandé (et) qui nous annonce que les dangers sont encore les mêmes ; nous ne croyons pas pouvoir nous dispenser de faire partir de nouvelles forces, le moindre retard exposeroit notre département à une invasion certaine. Vous verrez, monsieur par la lecture des pièces combien on est attentif à nous informer de ce qui se passe à toutes heures du jour ; et que combien aussi notre surveillance est active et continuelle.

       Je joins à la présente un exemplaire de l’arrêté que le conseil général du département a cru devoir prendre dans la circonstance critique ou il se trouve. Pour suspendre l’exécution de la demande du ci devant général Lafayette et retenir auprès de nous de bons citoyens nécéssaires à la défense de notre territoire ; lorsqu’au lieu de se borner aux six compagnies qu’il doit fournir en exécution des décrets il à déjà donné un second bataillon complet et un 3ème qui va l’être incessament

           Le procureur général sindic du département de Maine et Loire

           Bousse »

     

           Commentaire du ministre en entête :

     

           « Accuser la réception, dire que le ministre a fait

        Donner des ordres pour que 4 canons fussent délivrés à la Rochelle, et qu’il fussent livrés et servis par des canoniers.

            Leur dire que si les mouvements qui ont lieu dans leur voisinage doivent donner de l’inquiétude et retenir la force auprès d’eux, il faut considérer que les frontières déjà envahies présentent bien plus de dangers encore et qu’il faut y envoyer tous les bras dont il est possible de disposer : que les vrais amis de la liberté doivent maintenant donner des preuves de la sincérité de leurs serment ; que le bruit des chaines dont les tyrans du nord veulent nous accabler se font entendre de toutes parts ; qu’il n’y a plus à hésiter un seul instant ; qu’il faut se montrer parjure ou digne du nom françois. »

    Commentaire intéressant du ministre, mais c’est « kiki » qui a déclaré la guerre à l’Europe entière et qui maintenant vient pleurer ?

    RL

     

    Novembre 2017

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (2° partie)....


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :