• 1792, vu depuis le Maine-et-Loire (1ère partie)....

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (1ère partie)…

     

    Il serait long et fastidieux de publier d’un coup l’ensemble de la correspondance concernant les événements de 1792 entre l’administration du département de Maine-et-Loire et le ministère de l’intérieur. Je préfère donc le faire en plusieurs épisodes au gré des liasses de documents.

    En voici une première partie.

    RL

    Novembre 2017

     

    Source : AN, F7 3682/1-11, v. 2&3/21.

     

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (1ère partie)....

     

    « Citoyens administrateurs

    Du département de Maine et Loire

     

    Nous nous trouvons en ce moment dans une position critique, les ennemis du bien public font des mouvemens dans les environs de Moncoutant, le païs est en insurrection. L’administration du district de Chatillon a requis nos forces ; nous les avons fait sortir pour porter secours à nos frères. Nous apprenons que sept à huit mille hommes ayant à leur tête un ci-devant, menacent de porter la révolte dans tout le païs.

    Vous voyés que dans de telles circonstances nous ne pouvons nous démunir de nos forces heureux encor, si nous n’avons pas besoin d’être secourus nous-mêmes.

    Vous savés que Cholet à maintenu la tranquillité dans tous nos parages ; et que si Cholet est affoibli, le reste du district  n’est pas en état de tenir, et deviendroit infailliblement la proye des mal veillans.

    Les officiers municipaux de la ville de Cholet. Signés Chereau maire, L. Revelière,  la Touche, Tettreau le jeune, Louis Cadou, Loüis Charbonneau, Avril, F. Mesnard père, de la commune, P.R Duchainay secrétaire greffier

           Cholet le 22 août 1792, l’an 4ème de la liberté

           Pour copie

           Barbot 

           Secrétaire général »

     

    ***

     

    « Lettre du citoyen Boisard lieutenant de la gendarmerie au district de Chollet

    Chatillon

    22 août 1792

    MM

     

    Je suis arrivé ici sur les onze heures, les insurrecteurs informés de notre marche ont pris la route de Bressuire après avoir pillé les bons citoyens et le district et déchiré les papiers : deux pelotons des insurrecteurs étoient restés sur une haute montagne près Chatillon : j’ai fait tirer dessus à boullet, le coup à porté au milieu plusieurs ont tombé et se sont relevés et ont pris la fuite : je voulois borner la mission de mon détachement à la défense de Chatillon mais le détachement a voulu marcher à Bressuire et j’en prend la route.

    Pour copie

    Barbot

    Secrétaire général »

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (1ère partie)....

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :