• 1792, vu depuis le Maine-et-Loire (10° partie)....

     

    1792, vu depuis le Maine-et-Loire (10° partie)…

     

    AN F7 3682/1-12.

     

    1792, vue depuis le Maine-et-Loire (10° partie)....

     

     

    « 25 août 1792

    5 h ½ du matin

    Copie d’une lettre des MM les commissaires du département, dans le district de Cholet, à MM les administrateurs du département de Maine et Loire.

    _______

     

    Cholet 25 août 1792 5 heures du matin.

    Citoyens et confrères

    Nous vous envoyons copie des lettres que nous recevons du procureur syndic du district de Saumur, actuellement à Doué ; vous y verrés l’état déplorable où se trouvent les frontières de notre département des trois districts qui avoisinent le ci-devant Poitou. Nous vous prions de nous envoyer des forces en grand nombre et surtout messieurs, des confrères, nous n’en pouvons plus de fatigue, nous n’avons pas dormi 6 heures depuis notre départ, à peine pouvons nous suffire à répondre et à conférer avec les administrations et municipalités. M. Richard va rester à Cholet, M Ollivier se porte à Doué et y restera, nous vous répétons que le département doit être en grande partie sur ses frontières, c’est là où la patrie est (en) danger. Des forces, des confrères et nos commissaires répondent du succès, par tout nous voyons le patriotisme se réveiller mais les municipalités n’ont point d’armes. Faites forger des picques on nous en demande de toutes parts ; envoyés des ordres à toutes les municipalités pour en faire forger, envoyés du canon à Doué et des hommes, nous en ferons passer à Vihiers. M. Boisard et sa troupe de Cholet, notre détachement du 11è régiment et vos gardes nationales d’Angers sont sur Bressuire. Nous allons fortiffier Cholet, Vihiers et Doué. Qu’il ne soit, nous vous en prions, (n’) apporté aucun délai à notre demande ; vous auriez a pleurer sur le pillage et la mort d’une grande partie de notre département. Nous faisons revenir de Chalonnes et Chemillé les cent gardes nationales que vous aviez fait camper. M Ollivier rendu à Doué enverra s’il est nécessaire demander des secours au district de Baugé pour repousser dix huit mil hommes avec des chefs. Il faut de grandes forces.

    Les commissaires du département de Maine et Loire. Signé Ollivier et Richard.

    P.J. Nous joignons à notre lettre, la pétition de la municipalité de Cholet, nous vous prions d’y avoir égard sur le champ, nous n’avons point de Cholet ( chevaux ?). Nous vous prions de faire rendre 5 chevaux de relais à St Lambert pour les couriers qui doivent nécessairement se succéder.

     

    Pour copie

    Barbot

     

    Secrétaire général


  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Janvier à 13:54

    Dans cette affaire de 1792, on évoque plusieurs noms : Richeteau, Richardin, Cousseau, de Feu, Calais. Si Calais, Richeteau et Richardin sont plus ou moins identifiables à coup suûr, c'est loin d'être le cas de Cousseau et surtout du fameux "de Feu". Quelqu'un a-t-il des indications fiables autres que ce que tout le monde reprend depuis 200 ans ? Qui sont-ils ?.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :